01.09.2000 - TPIR/SERUSHAGO - LE TPIR DESIGNERA BIENTÔT LE PAYS OÙ OMAR SERUSHAGO PURGE

Arusha 1er septembre 2000 (FH) - Le Tribunal pénal international pour le Rwanda (TPIR) devrait désigner bientôt le pays où l'ancien chef milicien en préfecture de Gisenyi (ouest du Rwanda), Omar Serushago, purgera sa peine, a indiqué, vendredi, la présidente de cette juridiction.

La juge sud-africaine Navanethem Pillay, qui tenait une conférence de presse à l'intention des journalistes africains participants à un séminaire de formation sur la chronique judiciaire organisé par l'agence Hirondelle, a affirmé qu'elle sera en mesure de décider "de ce qui va suivre" ,au cours de ce mois septembre.

2 min 3Temps de lecture approximatif

La présidente du TPIR a expliqué qu'Omar Serushago, dont la peine de quinze ans D'emprisonnement a été confirmée en appel, reste détenu à Arusha en attendant de savoir si le procureur pourra l'utiliser comme témoin dans D'autres affaires.

Omar Serushago a plaidé coupable de génocide et de crimes contre l'humanité et a accepté de coopérer avec le parquet, en témoignant contre certains accusés.

Les personnes condamnées à des peines D'emprisonnement, par le TPIR, les purgeront dans des pays ayant indiqué leur volonté de les accueillir dans leurs centres de détention. Le Mali, le Bénin et le Swaziland ont déjà signé des accords ad hoc avec le TPIR. La France et l'Italie y ont également consenti mais leur accord n'a pas encore été formalisé, a signalé la juge Navanethem Pillay.

l'Italie devrait "probablement" accueillir l'ancien présentateur italo-belge de la Radio-télévision libre des milles collines (RTLM), Georges Omar Ruggiu, condamné à 12 ans D'emprisonnement en juin dernier, a-t-elle ajouté. Georges Ruggiu est encore détenu à Arusha, où il pourrait témoigner dans le procès des responsables des médias, selon la juge Pillay.

Le procès des médias devrait s'ouvrir le 18 septembre prochain. Il regroupe l'ancien directeur de la RTLM, Ferdinand Nahimana, l'ancien directeur des affaires politiques au ministère des affaires étrangères et membre du comité D'initiative de la RTLM, Jean-Bosco Barayagwiza, et l'ancien directeur et rédacteur-en-chef de la revue Kangura, Hassan Ngeze.

Navanethem Pillay satisfaite de sa récente visite au RWANDA, La présidente du TPIR a par ailleurs déclaré aux journalistes africains qu'elle était satisfaite de sa récente visite au Rwanda. Navanethem Pillay était à Kigali de mardi à jeudi en compagnie de quatre autres juges du TPIR.

La délégation a rencontré notamment le président rwandais, Paul Kagame, le premier ministre, Bernard Makuza, et le ministre de la justice, Jean de Dieu Mucyo. Le président Kagame a indiqué comprendre à quel point le travail du TPIR était "complexe", ajoutant que son gouvernement était disposé à toujours coopérer avec le TPIR, selon la juge Pillay.

Le Rwanda avait suspendu ses relations avec le TPIR suite à la décision de libérer Barayagwiza, rendue en novembre 1999 par la chambre D'appel. Cet arrêt a été révisé au mois de mars dernier.

Le premier ministre Bernard Makuza a quant à lui plaidé pour le recrutement D'un plus grand nombre de Rwandais au sein des organes du TPIR mais a également demandé sur base de quels critères sont recrutés les enquêteurs rwandais qui travaillent pour le compte de la défense des accusés.

AT/PHD/FH (SR%0901A)