UN JUGE D'INSTRUCTION BELGE ENQUÊTE SUR LE GROUPE KIBUNGO

Kigali, le 10 janvier 2002 (FH) – Le juge d’instruction belge Damien Vandermersh séjourne au Rwanda pour quinze jours depuis mercredi, appris jeudi l'Agence Hirondelle de source judiciaire et de l'association "Justice Sans Frontières".

Accompagné d’un substitut du procureur du roi et de deux enquêteurs, le juge Vandermersh vient faire des investigations sur la mort de dix coopérants civils belges, assassinés dans différentes régions du Rwanda entre avril et juillet 1994, les mois du génocide qui a fait 1'074'017 victimes, dont 93,7% étaient des Tutsi, selon un recensement du ministère de l’administration du territoire.

1 min 10Temps de lecture approximatif

Cette affaire est différente de celle de dix casques bleus belges assassinés par la garde présidentielle le 7 avril 1994 avec l’ancien premier ministre Agathe Uwilingiyimana qu’ils devaient escorter.

Le juge enquête également sur ce qui est appelé le « Groupe de Kibungo », composé d'un certain nombre de personnes séjournant en Belgique et accusées de crimes contre l’humanité commis dans la région de Kibungo, au sud-est du Rwanda, en 1994. Le nombre et les noms de ces personnes n'ont pas encore été révélés en raison du secret d'instruction.

En marge de sa mission, le juge doit rencontrer des autorités judiciaires rwandaises, des responsables de la société civile et des organisations des droits de l’homme, et compte assister à un procès de génocide avant de retourner dans son pays.

Le juge Vandermersh est celui qui avait mené l’instruction dans le dossier du « Groupe de Butare », dont les membres, un ancien ministre, un ancien professeur d’université et deux religieuses, ont été condamnés à des peines de 12 ans à 20 ans de prison en main dernier par la Cour d’assise de Bruxelles. L'association "Justice Sans Frontières" était partie civile dans ce procès.

WK/DO/FH (RW0110A)