DES MILLIERS DE RWANDAIS MANIFESTENT CONTRE LE TPIR

Kigali, le 29 février 2004 (FH) – Environ 10 000 personnes ont envahi les rues de Cyangugu (sud-ouest du Rwanda) jeudi afin de manifester contre l’acquittement des charges de génocide et crimes contre l’humanité par le Tribunal pénal international pour le Rwanda (TPIR) de deux anciennes personnalités politiques de la province.

Mercredi dernier, le TPIR a absout l’ancien préfet de Cyangugu, Emmanuel Bagambiki, et l’ancien ministre des Transports et Télécommunications sous le gouvernement intérimaire, André Ntagerura, originaire de Cyangugu, de toute responsabilité dans les massacres qui ont eu lieu dans cette province au cours du génocide de 1994.

1 min 33Temps de lecture approximatif

Lancien commandant du camp militaire de Karambo à Cyangugu, Samuel Imanishimwe, a quant à lui été reconnu coupable de génocide et crimes contre l’humanité, et notamment d’avoir ordonné et encouragé les massacres de Tutsis qui avaient trouvé refuge sur un terrain de football à l’extérieur de la ville. Il a été condamné à 27 ans de prison.

Les manifestants, portant des affiches dénonçant le “TPIR révisionniste”, “l’inutile ONU” et “Bagambiki le meurtrier”, se sont retrouvés dans les rues principales de la ville, chantant des slogans anti-TPIR et anti-ONU. Ils ont également appelé le TPIR à reconsidérer le jugement.

Des personnalités d’organisations de la société civile et des rescapés du génocide ont fait des discours dénonçant le TPIR, Bagambiki, Ntagerura et Imanishimwe.

Vendredi, c’est dans la province de Kigali rural que des manifestations de la même nature se sont déroulées. Avant d’être transféré à Cyangugu, Bagambiki avait été préfet de Kigali rural. Il avait également été accusé d’ avoir une responsabilité dans les massacres, en 1992, de Tutsis dans la région du Bugesera (Kigali rural).

Le jugement de mercredi a provoqué la colère du gouvernement rwandais et des rescapés du génocide. Un communiqué du ministère de la justice a «catégoriquement dénoncé » jeudi la décision d’acquitter Bagambiki et Ntagerura. Il a également appelé à une sentence plus lourde pour Imanishimwe. Le procureur du TPIR a fait appel du jugement.

C’est la deuxième fois, dans son histoire, que le TPIR rend un verdict d’acquittement. En juin 2001, l’ancien maire de la commune Mabanza, Ignace
Bagilishema, avait été le premier et, jusqu’à mercredi, seul acquitté au TPIR. Le gouvernement rwandais avait alors accepté la décision des juges.

CE/GG/FH(GE’0229e)