LE RWANDA SATISFAIT DE LA VISITE DES JUGES, SELON SON REPRESENTANT

Arusha, 5 novembre 99 (FH) - Le Rwanda a apprécié la visite des juges du Tribunal pénal international pour le Rwanda (TPIR) sur le terrain, a affirmé son représentant auprès de la juridiction internationale, Martin Ngoga.

"Nous sommes satisfaits de cette visite, d'autant que notre conviction est que les juges du TPIR pourront mieux rendre justice dès lors qu'ils se sont rendus sur les sites des crimes allégués", a indiqué Martin Ngoga, dans une interview accordée jeudi soir par téléphone, depuis Kigali, à l'agence indépendante de presse Hirondelle.

1 min 57Temps de lecture approximatif

Le représentant du Rwanda auprès du TPIR a souhaité que ce genre de visites se multiplient dans l'intérêt de la justice.

"Nous espérons que la visite de cette chambre ouvre la voie à une série d'autres pour les juges du TPIR , quand bien même ils ne viendraient pas dans le cadre d'un procès précis, mais simplement pour des visites ordinaires pour voir notamment les sites du génocide et les victimes", a poursuivi Martin Ngoga.

La deuxième chambre de première instance du TPIR présidée par le juge norvégien Eric Mose et comprenant en outre les juges turc Mehmet Güney et sri lankais Asoka de Zoysa Gunawardena, s'est rendu au Rwanda du 1er au 4 novembre pour visiter les lieux cités dans l'acte d'accusation de l'ex-maire de Mabanza (préfecture Kibuye, ouest du Rwanda), Ignace Bagilishema, accusé de génocide et de crimes contre l'humanité.

Martin Ngoga a, au cours de cette interview, qualifié de "non fondées" des inquiétudes exprimées récemment par des accusés et leurs avocats, selon lesquelles son accréditation serait susceptible d'exercer une influence négative sur la crédibilité du TPIR en matière d'équité et de porter atteinte à la sécurité des équipes de défense, celle des témoins et des détenus eux-mêmes.

"Le Rwanda n'a aucun intérêt à ce que les procès d'Arusha ne se déroulent pas normalement, bien au contraire, nous cherchons des procès justes", a souligné Martin Ngoga.

"La défense et les témoins à décharge n'ont rien à craindre", a-t-il ajouté, puisque "même dans les procès qui se mènent au Rwanda, il y a toujours des témoins à charge et à décharge et ces derniers n'ont jamais été inquiétés", a indiqué Martin Ngoga. "Ce n'est pas à l'étranger que nous allons poursuivre les témoins à décharge", a-t-il rassuré.

Parlant de l'influence qu'il entend exercer sur le Tribunal, le représentant du Rwanda a expliqué : "J'ai effectivement dit que j'entendais exercer une certaine influence sur le Tribunal. Mais mon rôle sera de lui donner une opinion persuasive, dans le respect de son indépendance et de ses statuts.".

Martin Ngoga a été nommé représentant du Rwanda auprès du TPIR le 30 septembre dernier. Il a effectué mi-octobre une visite de contact de trois jours au siège du TPIR à Arusha. Il devrait revenir prochainement pour s'y installer.

CR/AT//FH (RW§1105A )