29.10.07 - RWANDA/GACACA - UN ANCIEN JUGE GACACA COMPARAÎT POUR GENOCIDE

Arusha, 29 octobre 2007 (FH) - L’ex-président de la juridiction gacaca de la cellule Nyarutarama dans la ville de Kigali, Théoneste Mulihano, vient de comparaître deux fois devant une juridiction gacaca pour son rôle allégué dans le génocide de 1994, apprend-on lundi de source associative locale.

 

1 min 24Temps de lecture approximatif

L’ancien juge, relevé de cette responsabilité après 4 mois d’exercice, a comparu les 17 et 24 octobre, selon la Ligue des droits de la personne dans la région des Grands lacs (LDGL), un collectif dont le siège se trouve à Kigali.

Mulihano, qui plaide non coupable, est accusé d’avoir enterré vivant Innocent Nkubana, qui avait été très gravement blessé par des miliciens Interahamwe, écrit la LDGL sur son site internet.

L’accusé affirme n’avoir pas participé à l’enterrement de Nkubana mais confirme que la victime a bel et bien été enterrée vivante.

Parmi les témoins à charge, figure François Nkurunziza, condamné à 30 ans de prison, tandis que Marciana Nyirambeba, la mère de la victime, témoigne pour la défense, précise la LGDL.

Le procès reprendra mercredi, ajoute l’organisation.

Inspirées des anciennes assemblées villageoises lors desquelles les sages réglaient les différends assis sur le gazon (gacaca, en langue rwandaise), les juridictions semi-traditionnelles gacacas sont chargées de juger la plupart des personnes accusées d’avoir joué un rôle dans le génocide de 1994.

Elles sont animées, non par des magistrats professionnels, mais par des « personnes intègres » élues parmi la communauté. Elles peuvent prononcer jusqu’à la prison à vie.

La secrétaire exécutive du Service national des juridictions gacacas (SNJG), Domitille Mukantaganzwa, espère que ces tribunaux auront terminé leur travail d’ici à la fin de l’année.

ER/PB/GF © Agence Hirondelle