29.10.07 - TPIR/MILITAIRES II - UN ANCIEN PREFET DEFEND LE GENERAL BIZIMUNGU

  Arusha, 29 octobre 2007 (FH) - Un ancien préfet rwandais détenu dans son pays a témoigné lundi pour la défense de l’ex- chef d’état-major de l’armée, le général Augustin Bizimungu, en procès au Tribunal pénal international pour le Rwanda (TPIR).  
1 min 37Temps de lecture approximatif

Incarcéré pour son rôle présumé dans le génocide de 1994, Basile Nsabumugisha était préfet de Ruhengeri (nord) pendant les massacres.   Il a réfuté les allégations selon lesquelles le général Bizimungu aurait, lors d’une réunion publique, en mai 1994, au bureau communal  de Mukingo, remercié les miliciens Interahamwe pour les massacres qu’ils venaient de perpétrer. Mukingo est une des 16 communes qui composaient, à l’époque, la préfecture de Ruhengeri.   « Cette réunion n’a pas eu lieu. C’est la première fois que j’entends parler de cette réunion », a affirmé l’ancien préfet.   Nsabumugisha a également nié que le général Bizimungu ait participé au chef-lieu de la préfecture à une réunion qui aurait décidé de lancer une attaque contre les Tutsis qui avaient cherché refuge dans les locaux de la Cour d’appel à moins de 100 mètres du bureau préfectoral. "Cette réunion n’a jamais eu lieu », a déclaré formellement l’ex-préfet.   Avant de venir à la rescousse de l’officier, il avait témoigné la semaine dernière pour la défense de l’ex-ministre des Affaires étrangères dans le gouvernement intérimaire en place pendant le génocide, Jérôme Bicamumpaka poursuivi dans un autre procès.   Poursuivi pour crimes de génocide, crimes contre l’humanité et crimes de guerre, le général Bizimungu plaide non coupable.   Il comparaît avec trois autres accusés dont l’ex-chef d’état-major de la gendarmerie nationale, le général Augustin Ndindiliyimana.   ER/PB/GF © Agence Hirondelle