23.11.07 - TPIR/APPEL - ARRET DE LA CHAMBRE D’APPEL JEUDI PROCHAIN DANS LE PROCES DES MEDIAS

  Arusha, 23 novembre 2007 (FH) - La chambre d’appel du Tribunal pénal international pour le Rwanda (TPIR) connaîtra, la semaine prochaine, une intense activité dont le temps fort sera, jeudi, l’arrêt dans le procès de trois responsables de médias, Ferdinand Nahimana, Jean Bosco Barayagwiza et Hassan Ngeze, condamnés en première instance.
2 min 9Temps de lecture approximatif

Les universitaires Nahimana et Barayagwiza faisaient partie du « Comité d’initiative » de la Radio-télévision libre des milles collines (RTLM) tandis que l’autodidacte Ngeze était directeur et rédacteur en chef du journal radical hutu, Kangura.   Le 3 décembre 2003, Nahimana et Ngeze avaient été condamnés à l’emprisonnement à vie tandis que Barayagwiza s’était vu infliger 35 ans de prison. Tous les trois avaient été reconnus coupables, entre autres crimes, d'incitation directe et publique à commettre le génocide à travers leurs médias.   Selon des sources bien informées, Ngeze, personnage singulier, clame à qui veut l’entendre qu’il est sûr de sortir de prison jeudi, ses valises étant prêtes dans sa cellule. Il a pour première intention de fonder un foyer car malgré de multiples requêtes, le tribunal lui a refusé l’autorisation de se marier dans son centre de détention.   Ce jugement sera précédé, mardi, de l’arrêt dans le procès du colonel Aloys Simba, un compagnon d’armes de feu le président Juvénal Habyarimana. Condamné à 25 ans de prison le 13 décembre 2005, il avait clamé « haut et fort » son innocence lorsqu’il plaidait sa cause devant les juges d’appel en mai dernier. Pendant le génocide de 1994, Simba, officier à la retraite, n’exerçait plus de fonction officielle, mais il avait été rappelé sous le drapeau, en tant que responsable de la « défense civile » dans les préfectures de Butare et Gikongoro, dans le sud de son pays.Le colonel avait été reconnu coupable, en première instance, de génocide et d’extermination pour avoir distribué à des tueurs des armes ayant servi à massacrer des Tutsis dans sa préfecture d’origine, Gikongoro. La chambre d’appel tiendra par ailleurs des audiences dans deux affaires. La plus attendue aura lieu lundi, avec le procès en appel du premier prêtre catholique jugé par le TPIR, l’abbé Athanase Seromba condamné le 13 décembre dernier à 15 ans de prison. L’homme d’église avait été reconnu coupable de génocide et de crimes contre l’humanité. Les deux parties ont fait appel.Enfin, mercredi, la chambre d’appel entendra les motifs d’appel de l’ ancien commandant intérimaire de l'Ecole de sous officiers (ESO) de Butare, le lieutenant-colonel Tharcisse Muvunyi condamné  le 12 septembre 2006 à 25 ans de prison.   ER/PB/GF   © Agence Hirondelle