Liban


    Tribunal sur le Liban : un général proche de la Syrie tente de démolir une enquête controversée
    06.06.18
    Stéphanie Maupas

    Le procès des « sympathisants du Hezbollah » arrive à son terme. L’avant dernier témoin de ce qui reste l’unique procès organisé devant le Tribunal spécial pour le Liban a commencé à déposer mardi 5 juin. L’ex directeur de la Sureté générale du Liban, Jamil Al-Sayed, a réveillé les fantômes passés d’une enquête controversée et assuré que ni la Syrie, ni le Hezbollah, n’avaient intérêts à éliminer l’ex premier ministre libanais, Rafic Hariri.  Jamil Al-Sayed aurait pu déposer depuis le box des accusés du Tribunal spécial pour le Liban (TSL). C’est à la barre des témoins que l’ancien...

    Lire la suite

    Un juge suisse explique pourquoi il a démissionné du Tribunal pour le Liban accusé de “discrimination par étiquetage”
    16.05.18
    Pierre Hazan, conseiller éditorial de JusticeInfo.net et professeur à l'université de Neuchâtel

    Robert Roth, professeur de droit à l’université de Genève et ancien juge du Tribunal spécial pour le Liban (TSL), livre pour la première fois les raisons de sa démission en septembre 2013 de ce tribunal. Il dénonce en particulier le manque d’indépendance du TSL, incapable de résister aux multiples pressions politiques. Le 14 février 2005, une énorme explosion retentit à Beyrouth non loin du front de mer. Mille huit cent kilos de dynamite viennent de faire exploser la voiture de l’ex-Premier Ministre libanais, Rafic Hariri, la pulvérisant ainsi que ses occupants. L’un des Libanais les...

    Lire la suite

    Attentat Hariri : le TSL admet la mort d'un dirigeant du Hezbollah et renonce à le juger
    11.07.16
    AFP

    Le Tribunal spécial pour le Liban (TSL) ne poursuivra finalement pas le chef militaire du Hezbollah Mustafa Badreddine, accusé du meurtre de l'ex-Premier ministre libanais Rafic Hariri, admettant finalement qu'il avait bien trouvé la mort en mai en Syrie. La chambre d'appel du TSL a annoncé lundi dans un communiqué que ses juges avaient décidé à la majorité que "des preuves suffisantes avaient été apportées (...) pour établir la mort de Mustafa Badreddine". En juin dernier, le TSL avait dans un premier temps décidé de poursuivre le procès de Mustafa Badreddine, "dans l'attente de plus...

    Lire la suite

    Semaine de la justice transitionnelle : les oubliés du Liban, Burundi et Guantanamo
    22.02.16
    François Sergent, Justiceinfo.net

    La justice transitionnelle n’est pas faite seulement de grands procès, de commissions Justice et Vérité ou de processus de réconciliation établis. Ainsi, cette semaine Justiceinfo.net s’est intéressé aux disparus des guerres libanaises. Oubliés de l’histoire et oubliés par un Etat défaillant. Il y aurait 17 415 personnes disparues au Liban, mais ce nombre n’a jamais été recoupé ni vérifié et les familles attendent toujours la vérité sur leurs proches. Face au silence et à l’indifférence officiels, une ONG libanaise Act for the Disappeared (Agissez pour les disparus), a pris le relais et...

    Lire la suite
     

    Les disparus, les oubliés des guerres du Liban

    Les longues guerres du Liban ont laissé des milliers de disparus dont les parents cherchent toujours les traces. L'Etat a été défaillant, des ONG essaient de prendre le relais pour donner une mémoire aux victimes. « J’avais 13 ans le jour où j’ai disparu ; le jour où ma mère m’a perdu à jamais, moi, son enfant unique ; le jour où ma vie s’est écourtée. Beaucoup d’autres enfants ont disparu comme moi, et leur famille cherche toujours à comprendre ce qui leur est arrivé. Ne laissez pas notre histoire s’arrêter ici ». Au Liban, tous les mercredis, des journaux locaux publient des messages de...

    Lire la suite

    Liban: comment désamorcer la bombe mémorielle ?

    Depuis le 17 juillet, la dernière déchetterie a cessé de fonctionner au Liban. Le pays croule sous les montagnes d’ordures depuis des semaines. Des parents exaspérés s’inquiètent des dépotoirs devant les écoles, qui mettent en danger la santé de leurs enfants. Le 25 novembre, un incendie spectaculaire de détritus bloquait l’autoroute entre Jounieh et Ghazir, alors que la chaleur des flammes minait les fondations du pont de Maameltein. Jour après jour, le quotidien l’Orient le Jour publie un article dénonçant « les saboteurs de la république » - des politiciens - qui n’hésitent pas à...

    Lire la suite