18.11.08 - TPIR/MILITAIRES II - TROIS TYPES DE BARRAGES AU RWANDA EN 1994 (TEMOIN)

Arusha, 18 novembre 2008 (FH) - Un officier subalterne de l'ancienne armée rwandaise a affirmé mardi devant le Tribunal pénal international pour le Rwanda (TPIR) qu'il y avait, en 1994, trois types de barrages routiers dans son pays.
1 min 24Temps de lecture approximatif

Cité pour la défense du capitaine Innocent Sagahutu en procès avec trois autres officiers des anciennes Forces armées rwandaises, le témoin déposait sous le nom de code CINS.

Au milieu d'une longue relation de ses multiples confrontations à Kigali avec les anciens rebelles du Front patriotique rwandais (FPR), l'ex- commandant de compagnie a parlé de « barrages mobiles du FPR, barrages de miliciens Interahamwe et barrages d'autodéfense civile ».

Les deux premières catégories de barrages étaient « nuisibles à l'ordre public et à l'intégrité du territoire », a affirmé le témoin, expliquant qu'il avait parfois reçu pour mission en 1994 de les démanteler.

Il a indiqué que les tenants de ces sortes de barrages pouvaient ouvrir le feu au passage de l'armée rwandaise alors que « les barrages d'autodéfense encourageaient » les forces de leur gouvernement.

Le témoin a par ailleurs nié que des militaires rwandais aient participé, aux côtés de civils, à la tenue de barrages routiers. « Les militaires étaient pris au front », a dit CINS qui était interrogé par Seydou Doumbia, l'un des avocats du capitaine Sagahutu.

Le témoin devait par la suite être confronté aux questions du procureur Alphonse Van.

Le capitaine est jugé avec l'ancien commandant du bataillon de reconnaissance, le major François-Xavier Nzuwonemeye, l'ex-chef d'Etat-major de l'armée, le général Augustin Bizimungu et l'ancien patron de la gendarmerie, le major Augustin Ndindiliyimana.

Poursuivis pour crimes de génocide, crimes contre l'humanité et crimes de guerre, les 4 officiers plaident non coupables.

Leur procès a débuté en septembre 2004 et Sagahutu est le dernier à présenter ses témoins.

ER/PB/GF

© Agence Hirondelle