12.12.08 - TPIR/SYNTHESE HEBDO - LE TPIR ANNONCE OFFICIELLEMENT LE TRANSFERT AU MALI DE 9 CONDAMNES

Arusha, 12 décembre 2008 (FH) - Au cours de la semaine qui s'achève, les salles d'audience sont restées fermées au Tribunal pénal international pour le Rwanda (TPIR) suite à la suspension jusqu'à l'année prochaine de tous les procès en cours.
1 min 39Temps de lecture approximatif

En revanche, le porte-parole du tribunal, Roland Amoussouga, a indiqué jeudi, dans un entretien avec l'agence Hirondelle, que 9 condamnés définitifs du TPIR avaient été transférés au Mali la semaine dernière. Parmi eux, figurent l'historien Ferdinand Nahimana ainsi que les anciens ministres Jean de Dieu Kamuhanda et Eliézer Niyitegeka. Le tribunal s'était auparavant gardé d'annoncer officiellement cette opération qui s'est déroulée dans le plus grand secret.

Amoussouga a également annoncé que les 9 autres condamnés définitifs encore au siège du TPIR allaient « bientôt » être transférés « dans un pays qui sera désigné par le (juge) président » du TPIR, Dennis Byron.

Par ailleurs, selon une décision consultée jeudi sur le site internet du tribunal, l'ancien chef d'Etat-major de la gendarmerie, le général Augustin Ndindiliyimana, rouvrira sa défense à la mi-février en citant 5 nouveaux témoins à décharge.

Il procédera également au contre-interrogatoire supplémentaire de 4 témoins à charge que la chambre a décidé de rappeler à la barre.

Cette double ordonnance vient réparer le tort causé au général par le procureur qui lui avait caché des documents que la chambre a estimés utiles pour la défense.

Jeudi prochain, avant de partir en vacances de fin d'année, le tribunal vivra, avec le jugement Bagosora, l'événement le plus important de l'année. Directeur de cabinet au ministère de la Défense en 1994, le colonel Théoneste Bagosora, a été présenté par le procureur comme « le cerveau » du génocide de 1994. Il est jugé avec trois autres officiers dans ce procès communément appelé « Militaires I ».

Le même jour, le verdict tombera également pour Protais Zigiranyirazo, beau-frère de l'ex-président Juvénal Habyarimana.

ER/GF

© Agence Hirondelle