22.01.09 - TPIR/KALIMANZIRA - REPRISE LUNDI DU PROCES D'UN EX-HAUT FONCTIONNAIRE

Arusha, 22 janvier 2009 (FH) - Le procès de Callixte Kalimanzira, un ancien responsable du ministère rwandais de l'Intérieur, reprendra lundi devant le Tribunal pénal international pour le Rwanda (TPIR), pour la dernière session des auditions, a-t-on appris jeudi de son avocat.
1 min 31Temps de lecture approximatif

Kalimanzira qui plaide non coupable, est poursuivi pour génocide, complicité dans le génocide, incitation directe et publique à commettre le génocide.
 
« C'est confirmé, nous reprenons lundi pour une session qui durera jusqu'au 5 février », a indiqué à l'agence Hirondelle, Me Arthur Vercken, le conseil principal de Kalimanzira.
 
L'avocat français a annoncé la comparution au cours de ces deux prochaines semaines de ses 19 témoins restants, dont l'accusé.
 
A la suspension des débats le 4 décembre dernier, la défense de cet agronome de formation venait de présenter 24 témoins, dont le premier avait été entendu le 17 novembre.
 
En avril et mai 1994, Kalimanzira a dirigé son département à titre intérimaire, le ministre, dont il était le directeur de cabinet, n'étant pas rentré au Rwanda après la mort du président Juvénal Habyarimana le 6 avril 1994.
 
Le procès s'est ouvert le 5 mai 2008. Le procureur a terminé son accusation le 30 juin après avoir fait comparaître 24 témoins en 16 jours d'audience.
 
Les faits les plus graves portés contre l'accusé concernent le rôle qu'il aurait joué dans le massacre de milliers de Tutsis qui avaient cherché refuge sur la colline de Kabuye, dans la sous-préfecture de Gisagara (préfecture de Butare, sud)  vers fin avril 1994. Perpétrées par des soldats, des miliciens Interahamwe et des réfugiés hutus burundais, les tueries de Kabuye ont duré plusieurs jours, selon l'accusation.
 
Dans la préfecture de Butare, le génocide n'a commencé que vers la fin avril 1994 après une réunion publique à laquelle participaient plusieurs membres du gouvernement intérimaire dont le président Théodore Sindikubwabo et le Premier ministre Jean Kambanda.
 
ER/GF
 
© Agence Hirondelle