23.11.04 - TPIR/SETAKO - LE LIEUTENANT-COLONEL EPHREM SETAKO PLAIDE NON COUPABLE

Arusha, le 22 novembre 2004 (FH) - Un officier de l’ancienne armée rwandaise, le lieutenant- colonel Ephrem Setako, a plaidé non coupable de génocide, de crimes contre l’humanité et de crimes de guerre lundi devant le Tribunal pénal international pour le Rwanda (TPIR).

D’une voix grave et assurée, l’accusé, vêtu d’un costume gris, d’une chemise rayée et d’une cravate bleue foncée, a répondu par la négative à l’ensemble des six chefs d’accusation retenus contre lui: génocide, complicité dans le génocide, assassinats et extermination entendus comme crimes contre l’humanité ainsi que l'atteinte à la vie et des actes de pillage considérés comme crimes de guerre.

1 min 24Temps de lecture approximatif

L’acte d’accusation indique que le lieutenant-colonel Ephrem Setako «a pris part à une entreprise criminelle» commune à plusieurs hauts officiers de l’armée, dont le colonel Théoneste Bagosora, considéré par le parquet comme « le cerveau » du génocide anti-tutsi et des massacres d’opposants Hutus qui ont fait près d’un million de victimes entre avril et juillet 1994.

Ephrem Setako est spécifiquement poursuivi pour des massacres de civils tutsis commis à Ruhengeri (nord) et dans la ville de Kigali.

« Du fait du grade et du statut qui avaient été les siens au sein de l’armée rwandaise, et du rôle qu'il jouait en assurant et en supervisant l’entraînement militaire des (milices) Interahamwe, le colonel Setako exerçait un contrôle effectif sur les militaires dont les Gardes présidentielles, la police communale et les miliciens », selon l’acte d’accusation.

Originaire de Ruhengeri, le lieutenant-colonel Setako, 55 ans, a été arrêté en février 2004 aux Pays Bas. Il a été transféré mercredi dernier au centre de détention du TPIR.

Juriste de formation, l'accusé était chef de division des affaires juridiques au ministère rwandais de la défense en 1994.

La date de l'ouverture de son procès n'a pas encore été fixée. Il a été représenté par un avocat "de permanence".

Le TPIR détient plusieurs autres officiers de l'ancienne armée rwandaise, dont deux chefs d’Etat major (armée et gendarmerie.)

GA/AT/GF/FH (ST’’1122A)