09.12.05 - TPIR/MUVUNYI - MUVUNYI AVAIT LE DEVOIR DE DISCIPLINER SES SOLDATS, SELON UN GENERAL RWAND

Arusha, 8 décembre 2005 (FH) -L’ancien chef d’état-major de la gendarmerie rwandaise, le général Augustin Ndindiliyimana, cité comme premier témoin de la défense dans le procès du colonel Tharcisse Muvunyi en cours devant le Tribunal pénal international pour le Rwanda (TPIR) a affirmé jeudi que l’accusé n’était ni plus ni moins qu’un commandant intérimaire d’une école de sous officiers en 1994.

Muvunyi, 53 ans, répond de génocide et de crimes contre l’humanité pour lesquels il plaide non coupable.

1 min 4Temps de lecture approximatif

La plupart des crimes qui lui sont reprochés auraient été commis par ses subordonnés, des soldats de l’Ecole des sous officiers de Butare (sud), ESO.

Le procureur allègue des soldats sous les ordres de Muvunyi ont notamment enlevé et tué des Tutsis durant le génocide.

Muvunyi, qui par ailleurs commandait les unités stationnées dans Butare et la province voisine de Gikongoro, est accusé de n’avoir rien fait pour sanctionner des soldats qui se livraient à des exactions contre des civils, en particulier les auteurs de viols.

Durant son contre-interrogatoire par le procureur, le général Ndindiliyimana, également détenu par le TPIR pour génocide, a reconnu que des hauts gradés de l’armée, comme Muvunyi, avaient le devoir de s’assurer que les ordres qu’ils transmettaient à leurs subordonnés étaient respectés et, le cas échéant, sanctionner ceux qui refusaient d’obtempérer.

Arrêté en Grande Bretagne le 22 février 2000, Muvunyi a été transféré à Arusha le 30 octobre la même année. Son procès a commencé le 28 février 2005. Les débats se poursuivent lundi prochain.

NI/AT/GF