22.03.05 - TPIR/MUVUNYI - LE COLONEL MUVUNYI AURAIT REPRIMANDE UNE RELIGIEUSE QUI AVAIT CACHE DES TU

Arusha, 21 mars 2005 (FH) - Un témoin du parquet entendu lundi par le Tribunal pénal international pour le Rwanda a accusé l’ancien commandant de l’Ecole des sous-officiers (ESO) de Butare (sud du Rwanda), le colonel Tharcisse Muvunyi d’avoir réprimandé une religieuse qui avait caché des réfugiés tutsis durant le génocide de 1994.

«Pourquoi avez-vous hébergé des réfugiés sans mon autorisation»?, aurait demandé le colonel Muvunyi à une des religieuses qui avaient été arrêtées par des militaires le 17 mai 1994.

1 min 44Temps de lecture approximatif

Selon le témoin protégé «YAO», deux religieuses auraient été enlevées du Couvent des petites sœurs et conduites à l’ESO sur ordre de l’accusé. C’est à ce moment qu’il leur a adressé des réprimandes. «Il (Muvunyi) était visiblement fâché», a affirmé le témoin, une dame rescapée des massacres de Butare d’avril à juillet 1994. «C’étaient des réfugiés non armés qui avaient trouvé refuge au couvent», aurait répondu une des religieuses.

Le colonel Muvunyi aurait par après ordonné que les deux religieuses soient reconduites chez elles, au couvent, enjoignant aux militaires de conduire tous les réfugiés à la gendarmerie.

En se rappelant les événements de Butare lors de son témoignage, YAO a presque cédé à l’émotion, ce qui a amené le procureur à lui demander s’elle avait besoin d’un moment de répit. Le témoin s’est néanmoins vite ressaisie et a poursuivi sa déposition. Elle a rapporté qu’avant de conduire les réfugiés à la gendarmerie, les militaires en avaient exécuté quelques uns, notamment au couvent et au lieu-dit Kabutare. Des Tutsis avaient également cherché refuge à l’hôpital universitaire et à la Cathédrale catholique de Butare, a rapporté le témoin.

Le parquet allègue que le colonel Muvunyi «a été vu en train d'ordonner à des militaires de l'ESO d'aller enlever les Tutsis qui étaient à l'hôpital universitaire pour ensuite les tuer ». Il répond également de viol.

Le génocide rwandais de 1994 a fait près d’un million de victimes, à majorité des Tutsis et des Hutus de l’opposition, selon un décompte du gouvernement rwandais. 20% des victimes ont été recensées dans la seule région de Butare.

Le témoin YAO est le quatrième du parquet dans ce procès qui a commencé le 28 février dernier. Les débats ont depuis été dominés par des séances à huis clos. L’avocat américain du colonel Muvunyi, Me Williams Taylor, a entamé son contre- interrogatoire, qui se poursuivra mardi.

Le procès Muvunyi est présidé par le juge sri lankais Joseph Asoka de Silva.

GA/AT/GF/FH (MV’’’0321A)