10.06.05 - TPIR/MUVUNYI - LE COLONEL MUVUNYI AURAIT COMPARE LES FEMMES TUTSIES AUX «SERPENTS» QU'IL

Arusha, 9 juin 2005 (FH) - Un témoin du parquet entendu jeudi par le Tribunal pénal international pour le Rwanda (TPIR) a accusé l’ancien commandant de l’Ecole des sous officiers (ESO) de Butare (sud du Rwanda) d’avoir comparé les femmes tutsies aux «serpents» qu’il fallait tuer ou chasser des ménages hutus.

L’officier rwandais répond de cinq chefs d’accusation de génocide et de crimes contre l’humanité portant sur des massacres de Tutsis à Butare en 1994.

1 min 27Temps de lecture approximatif

Il plaide non coupable.

L’accusé aurait prévenu les Hutus mariés à des femmes tutsies que ces dernières étaient des serpents qu’il fallait les tuer, et qu'il fallait «détruire leurs œufs». Selon le témoin protégé «CCP», le quinzième de l'accusation, le colonel Muvunyi aurait lancé cet appel au cours d’une «réunion de pacification» tenue en mai ou juin 1994.

L’accusé aurait averti que les femmes tutsies pouvaient «empoisonner» leurs époux hutus si ces derniers ne les tuaient pas. «Il a dit qu’il fallait les tuer ou les répudier afin qu’elles aillent mourir ailleurs», a allégué CCP.

En mai dernier, deux autres témoins de l’accusation ont soulevé des allégations similaires à l’encontre du colonel Muvunyi.

Dans la galerie publique, une douzaine de curieux s'activaient pour voir l’accusé, ainsi que le substitut du procureur qui posait des questions au témoin.

A un moment donné, le témoin a, de sa propre initiative, sollicité un huis clos, déclarant que ses réponses pouvaient nuire à sa sécurité.

«Je demande que le public s’éloigne et que les journalistes ne rapportent pas ce que je vais dire», a-t-il lancé du fond des rideaux opaques qui le cachaient de l'assistance, provoquant des murmures de désapprobation dans la salle réservée au public.

Au départ, l’audition du témoin avait été retardée de quelques minutes en raison de l’absence d’un des sténotypistes. Le déroulement des débats doit être consigné par écrit en français et en anglais, les deux langues officielles du tribunal.

En fin d’après-midi, le témoin était contre- interrogé par la défense. Le procès Muvunyi a débuté le 28 février 2005.

GA/AT/GF