27.08.09 - TPIR/MUVUNYI - LE DERNIER TEMOIN DU LIEUTENANT-COLONEL MUVUNYI ATTENDU LE 14 SEPTEMBRE

Arusha, 27 août 2009 (FH) - La défense du lieutenant-colonel Tharcisse Muvunyi, en procès devant le Tribunal pénal international pour le Rwanda (TPIR), a été suspendue jeudi jusqu'au 14 septembre prochain, date à laquelle sera entendu le septième et dernier témoin à décharge.
1 min 37Temps de lecture approximatif

Accusé d'incitation directe et publique à commettre le génocide, Muvunyi a entamé sa défense lundi.

La chambre lui avait donné cinq jours pour la présentation de ses moyens de preuve mais le dernier témoin n'a pas pu se rendre disponible cette semaine.

Premier inculpé à être rejugé au TPIR, l'officier, 56 ans, répond d'un discours prononcé une après-midi de la fin mai 1994 au centre de négoce de Gikore, dans la commune Nyaruhengeri, préfecture de Butare (sud).

Selon le procureur, ce message a été interprété par l'audience comme un appel à exterminer les quelque tutsis encore en vie dans cette région à cette date.

Dans sa déclaration liminaire lundi, Me William Taylor, le conseil principal de Muvunyi, a défendu tous les discours prononcés lors cette réunion. « Il n'existe aucune preuve que quelque chose d'extraordinaire se soit produit lors de cette rencontre », a soutenu l'avocat américain.

En plus du lieutenant-colonel Muvunyi, d'autres personnalités comme les anciens préfets de Butare, Sylvain Nsabimana et Alphonse Nteziryayo, poursuivis dans une autre affaire au TPIR, étaient présentes à cette réunion.

Le nouveau procès a débuté le 17 juin et le procureur a clos son accusation 5 jours plus tard après avoir cité 6 témoins.

Muvunyi avait été condamné à 25 ans d'emprisonnement le 12 septembre 2006 après avoir été reconnu coupable de « génocide, incitation directe et publique à commettre le génocide et autres actes inhumains ».

Le 29  août 2008, la chambre d'appel avait annulé les déclarations de culpabilité ainsi que la peine, et ordonné un nouveau procès pour « incitation directe et publique à commettre le génocide », relativement au discours de Gikore.

Selon les prévisions de la chambre, le verdict dans le nouveau procès devrait tomber avant la fin de l'année.

ER/GF

© Agence Hirondelle