15.04.10 - TPIR/NZABONIMANA - UN EX-MINISTRE DEFENDU PAR L'EPOUSE DE SON ANCIEN COLLEGUE

Arusha, 15 avril 2010 (FH) - L'ex-ministre de la Jeunesse, Callixte Nzabonimana, en procès au Tribunal pénal international pour le Rwanda (TPIR), a cité jeudi à l'appui de sa défense d'alibi l'épouse de son ancien collègue de la Fonction publique, Prosper Mugiraneza, a constaté l'agence Hirondelle.
1 min 26Temps de lecture approximatif

Inculpé d'entente en vue de commettre le génocide, génocide, incitation directe et publique à commettre le génocide, extermination et assassinats, Nzabonimana, est présenté par le procureur comme le principal instigateur des massacres la préfecture de Gitarama (centre), en particulier dans sa commune natale de Nyabikenke.

Alors que l'accusation soutient que l'ex-ministre se trouvait à Nyabikenke au cours de la période du 7 au 11 avril 1994, occupé à organiser les massacres de Tutsis, l'accusé affirme qu'il était à Kigali, précisément à l'ambassade de France.

« J'ai vu Nzabonimana le 7 avril 1994 lorsque nous sommes arrivés à l'ambassade de France. J'ai continué à le voir là-bas jusqu'au 11 avril (1994), lorsque je suis allée avec ma famille à l'Hôtel des Diplomates » (Kigali), a raconté Melchide Mukandagijimana, l'épouse de Mugiraneza.

Elle a indiqué que durant cette période, l'accusé n'était sorti de l'ambassade que le 9 avril 1994, mais pour y rentrer dans la soirée. C'est en effet à cette date, a-t-elle expliqué, que les membres du gouvernement intérimaire, dont son mari et Nzabonimana, avaient prêté serment.

Le témoin a ajouté que les personnes qui avaient cherché refuge à l'ambassade de France avaient été évacuées le 12 avril 1994 sur Bujumbura, la capitale burundaise.

Poursuivi avec trois autres anciens ministres, Mugiraneza contre lequel la prison à vie a été requise en décembre 2008, attend le verdict de la chambre alors que Nzabonimana n'a commencé sa défense que mercredi.

Les deux hommes étaient tous membres du Mouvement républicain national pour la démocratie et le développement (MRND) de l'ex-président Juvénal Habyarimana.

NI/ER/GF

© Agence Hirondelle