21.01.11 - TPIR/SYNTHESE - OUVERTURE DU PROCES NIZEYIMANA, NGIRUMPATSE ET NDAHIMANA SE DEFENDENT

Arusha, 21 janvier 2010 (FH) - L'ouverture lundi au Tribunal pénal international pour le Rwanda (TPIR) du procès du capitaine Ildephonse Nizeyimana est le principal événement couvert cette semaine par l'agence de presse Hirondelle.
1 min 50Temps de lecture approximatif

Nizeyimana est inculpé de crimes de génocide, crimes contre l'humanité et crimes de guerre commis dans la ville de Butare (sud) en 1994. Le capitaine était basé au camp de l'Ecole des sous-officiers (ESO) située dans la même ville.

A l'ouverture du procès, le procureur Drew White a affirmé que l'accusé avait ordonné, à plusieurs reprises, d'attaquer et tuer les hommes tutsis, sans oublier de violer leurs femmes et filles, avant de les mettre à mort.

Selon M.White, le capitaine a notamment ordonné le meurtre de la reine Rosalie Gicanda, veuve de l'avant-dernier roi du Rwanda, Charles - Léon- Pierre Mutara III Rudahigwa.

La reine Gicanda était une figure hautement symbolique pour l'ethnie tutsie, dont venaient les monarques rwandais.

Pour sa part, le procès de l'ex-ministre du Plan Augustin Ngirabatware a été suspendu sine die lundi suite à une requête de l'accusé demandant la récusation de ses trois juges qu'il accuse de partialité. Le bureau du tribunal, l'instance compétente pour ce genre de requêtes, n'a pas encore rendu sa décision.

Dans l'affaire MRND, l'ancien président du parti, Matthieu Ngirumpatse se trouve dans le box des témoins depuis lundi. Il a affirmé être né de parents chrétiens qui lui ont inculqué l'amour du prochain et le respect de l'autre. Des valeurs qui, selon lui, l'ont guidé dans sa vie sociale, professionnelle et politique. Des idéaux compatibles, a-t-il ajouté, avec le manifeste de son parti. Il poursuit sa défense lundi prochain

L'ancien maire de Kivumu (ouest) Grégoire Ndahimana a entamé sa défense lundi par une déclaration liminaire de son avocat tanzanien, Bharat Chadha qui a promis de confondre la poursuite. Quatre témoins à décharge ont été entendus cette semaine et le défilé se poursuivra la semaine prochaine.

Par ailleurs, dans une décision datée de mardi, le TPIR a posé 9 questions au Rwanda sur sa capacité à juger des accusés du tribunal international. Kigali souhaite en effet juger certains dossiers de cette juridiction créée par l'ONU en novembre 1994 et qui doit terminer tous ses travaux en 2014.

L'Allemagne a ouvert son premier procès en rapport avec le génocide des Tutsis. L'accusé, l'ancien maire Onesphore Rwabukombe, comparaît depuis mardi devant un tribunal de Francfort.

ER/GF

© Agence Hirondelle