Poutine au Vietnam, après l'accord de défense avec Pyongyang

2 min 38Temps de lecture approximatif

Vladimir Poutine a débuté jeudi une visite d'Etat au Vietnam, auquel la Russie fournit des armes depuis des décennies, au lendemain de la signature d'un accord de défense avec la Corée du Nord qui inquiète les Occidentaux.

Le président russe a remercié Hanoï pour son approche "équilibrée" sur l'Ukraine, dans une tribune publiée dans le journal du Parti communiste vietnamien (PCV) au pouvoir. La Russie et le Vietnam partagent aussi une lecture "similaire" de la situation en Asie-Pacifique, a-t-il soutenu.

Le chef du Kremlin a rencontré vers midi (05H00 GMT) son homologue To Lam, dans le palais présidentiel, l'ancienne résidence des gouverneurs de l'Indochine française, lors d'une cérémonie formelle avec des coups de canon et des militaires au garde-à-vous, ont constaté des journalistes de l'AFP.

M. Poutine avait reçu mercredi un accueil en grande pompe à Pyongyang, où son hôte Kim Jong Un a ouvert les bras à celui qu'il considère comme le "meilleur ami" de la Corée du Nord.

Les deux pays, unis contre l'"hégémonie" américaine, avaient conclu un "partenariat stratégique global" qui prévoit une assistance mutuelle "en cas d'agression", et un éventuel renforcement de la "coopération militaro-technique", selon M. Poutine.

Les Etats-Unis et ses alliés craignent que ce rapprochement continu ne débouche sur de nouvelles livraisons de munitions et de missiles nord-coréens à la Russie, pour sa guerre en Ukraine.

- Soutien -

Dans les rues de Hanoï, mercredi, la présence de drapeaux russes et d'un important dispositif de sécurité témoignaient de l'accueil prévu par les dignitaires locaux, à la hauteur de la longue histoire qui unit les deux pays depuis l'ère soviétique.

"Nous aimons la Russie, j'adore les Russes car ils ont été très gentils, nous apportant leur soutien pendant de nombreuses années", a déclaré à l'AFP Nguyen Thi Minh, une habitante de 59 ans.

Moscou a livré des armes à ses alliés communistes durant la guerre du Vietnam, et contribué pendant des décennies à la formation de nombreux cadres du PCV, dont Nguyen Phu Trong, l'actuel secrétaire général que M. Poutine doit rencontrer plus tard dans la journée.

La Russie continue de vendre au Vietnam une grande partie de ses armes et équipement militaires, dans un contexte de tensions en mer de Chine méridionale où Hanoï s'inquiète des visées expansionnistes de Pékin.

Les questions de défense seront sur la table des discussions, ont prévenu les analystes. Les deux pays ont un "intérêt mutuel à reprendre les ventes d'armes", qui ont ralenti depuis 2022, a estimé Carl Thayer, professeur émérite à l'université australienne de Nouvelle-Galle du Sud.

"Mais le Vietnam est paralysé par la menace des sanctions américaines", a-t-il ajouté.

- "Test" -

En accueillant Vladimir Poutine, visé par un mandat d'arrêt de la Cour pénale internationale (CPI), Hanoï s'expose au mécontentement de ses partenaires occidentaux, les Etats-Unis en tête, qui considèrent le Vietnam, 100 millions d'habitants, comme stratégique pour la production manufacturière ou de semi-conducteurs.

L'an dernier, les présidents chinois Xi Jinping et américain Joe Biden se sont tous les deux rendus à Hanoï, qui essaye de maintenir une distance égale entre les deux superpuissances rivales, selon les préceptes souples de sa "diplomatie du bambou" qui allie prudence et pragmatisme.

Cette politique pourrait être de plus en plus difficile à tenir, a prévenu une experte. La visite de Poutine représente "un test pour voir à quel point la diplomatie multidirectionnelle de Hanoï peut aller loin, et si elle est toujours acceptée par les autres puissances majeures", a expliqué à l'AFP Huong Le Thu, directrice adjointe du programme Asie du International Crisis Group.

La visite de Vladimir Poutine s'accompagne d'un volet économique, avec des projets de coopération accrue dans le domaine de l'énergie, des technologies, de l'éducation et du tourisme.

M. Poutine doit également assister à une cérémonie de dépôt de gerbes au mausolée du père de l'indépendance Ho Chi Minh, et à un banquet dans l'opéra de style architectural colonial français. Son départ est prévu dans la soirée.