05.03.08 – RWANDA/ESPAGNE – LE PARLEMENT RWANDAIS DEMANDE DES POURSUITES CONTRE LE JUGE ESPAGNOL MER

Kigali, 5 mars 2008 (FH) - La chambre basse du Parlement rwandais a demandé mardi au gouvernement de poursuivre pour « négationnisme » le juge espagnol Fernando Andreu Merelles, qui a émis le mois dernier des mandats d'arrêt contre 40 officiers de l'armée rwandaise, les accusant de génocide et de terrorisme, a rapporté mercredi matin, Radio Rwanda.

« Les députés ont demandé au gouvernement de poursuivre le juge espagnol pour négation d'un génocide qui a pourtant été reconnu par les Nations Unies », a rapporté la radio.

0 min 58Temps de lecture approximatif

Les parlementaires ont fait leur demande au ministre de la Justice , Tharcisse Karugarama, venu leur parler, en séance plénière, des mises en accusation du juge espagnol.

Selon la radio, Karugarama a affirmé que ces mandats d’arrêt ne devraient nullement inquiéter la population rwandaise parce qu’ils ont été lancés en violation de la loi. Le ministre a déclaré que le juge espagnol était manipulé par les auteurs du génocide et leurs lobbies, a ajouté Radio Rwanda.

Selon cette enquête du juge espagnol, publiée le 6 fevrier dernier, les rebelles du Front patriotique rwandais, actuellement au pouvoir à Kigali, auraient perpetré avant 1994 des massacres de plusieurs milliers de personnes, notamment dans la région de Byumba, et organisé l’assassinats de plusieurs opposants. La justice espagnole a lancé 40 mandats d’arrêt visant des responsables du FPR.

Perpétré par des extrémistes hutus, le génocide d’avril à juillet 1994 a fait, selon l’ONU, environ 800 000 morts, essentiellement au sein de la communauté tutsie.

SRE/PB/GF

Nous soutenir
CONTRIBUEZ A UNE INFORMATION INDÉPENDANTE SUR LA JUSTICE INTERNATIONALE
Partout dans le monde, accéder à la justice et l’information est vital pour permettre à des sociétés de se reconstruire après des périodes de violence. C’est pourquoi il nous tient à coeur de proposer un média gratuit, aux méthodes journalistiques rigoureuses, accessible à tous, au Nord comme au Sud. Justice Info fonctionne sur des contributions. Pour donner à nos journalistes les moyens de vous informer en toute indépendance, chaque contribution compte. Régulière c’est mieux, exceptionnelle c’est bien aussi.
FAITES UN DON