20.04.2004 - TPIR/MUHIMANA - UN TEMOIN ACCUSE MUHIMANA D'AVOIR TUE SES ENFANTS

Arusha, le 20 avril 2004 (FH) - Un témoin a accusé l'ancien conseiller municipal en commune Gishyita (province Kibuye, ouest du Rwanda), Mika Muhimana, D'avoir tué ses trois enfants avant de le mutiler lui-même, mardi devant le Tribunal pénal international pour le Rwanda (TPIR).

Le témoin, une femme tutsie, a allégué que Muhimana lui a coupé le bras gauche et l'a laissée pour morte au cours D'une attaque perpétrée en avril 1994 à Bisesero non loin de Gishyita, où des milliers de personnes persécutées avaient cherché refuge.

1 min 16Temps de lecture approximatif

Désigné par les lettres "BC" pour assurer son anonymat, le quatorzième témoin à charge dans ce procès qui a commencé le 29 mars dernier, a déclaré : "ils nous ont attaqué toute la journée. Dans l'après-midi, ils sont venus à bout de la résistance de nos maris et se sont jetés sur nous en grand nombre".

Le témoin a indiqué que lui-même et ses enfants ont été découverts par Muhimana qui a immédiatement tailladé le plus âgé de ses trois enfants. "Je me suis couverte le visage par peur quand J'ai vu le sang de mon enfant couler. C'est à ce moment-là que Mika s'est tourné vers moi", a dit le témoin.

Mme BC a ajouté qu'elle n'a repris connaissance que quelques heures plus tard pour constater que ses enfants avaient été tués et qu'elle-même avait perdu son bras gauche. "Mika m'a laissée pour morte. Dieu a refusé de me livrer à lui", a poursuivi le témoin.

Muhimana répond de quatre chefs de génocide et de crimes contre l'humanité portant sur des massacres de Tutsis et des viols.

Muhimana est jugé devant la troisième chambre de première instance du TPIR présidée par la juge pakistanaise Khalida Rashid Khan, assistée de deux juges ad litem (non permanents), le Kenyan Lee Gaciuga Muthoga et le Ghanéen Emile Francis Short.

AT/KN/GF/FH (MH''0420A)