15.04.2004 - TPIR/MUHIMANA - NOUVELLES ALLEGATIONS DE VIOL CONTRE MUHIMANA

Arusha, le 15 avril 2004 (FH)- De nouvelles allégations de viol ont été portées contre l'ancien conseiller municipal en commune Gishyita (province Kibuye, ouest du Rwanda), Mika Muhimana, jeudi devant le Tribunal pénal international pour le Rwanda (TPIR).

Un témoin protégé dénommé "AQ" a affirmé avoir été violé par l'accusé en avril 1994.

1 min 15Temps de lecture approximatif

Il aurait en outre violé la soeur aînée de AQ.

Ce crime aurait été commis au domicile de l'accusé en avril 1994 à la fin D'une réunion à laquelle avaient assisté l'ancien maire de Gishyita, Charles Sikubwabo, et un homme D'affaires local, Obed Ruzindana. En 1999, Ruzindana a été condamné à vingt-cinq ans de prison par le TPIR pour génocide, tandis que Sikubwabo est en fuite.

AQ a déclaré que Muhimana a violé sa soeur à quatre reprises. "La première et la deuxième fois, elle a résisté fortement, mais les fois suivantes elle a été défaite et s'est résignée à son sort", a indiqué Mme AQ. La victime a été ensuite enlevée par des miliciens envoyés par Muhimana, selon le témoin, qui a déclaré ne l'avoir plus revue.

"Mika m'a également violée à trois reprises après la disparition de ma soeur. J'étais alors âgée D'environ quinze ans", a allégué le témoin.

AQ est le dixième témoin du procureur dans ce procès qui a commencé le 29 mars dernier. Tous ceux qui l'ont précédé ont également accusé l'ancien responsable local de viols. Le procureur devrait citer vingt-deux témoins au total.

Muhimana répond de quatre chefs: génocide, ou dans l'alternative complicité dans le génocide, et crimes contre l'humanité (viol et assassinats).

Son procès se déroule devant la troisième chambre de première instance du TPIR présidée par la juge pakistanaise Khalida Rashid Khan, assistée du Kenyan Lee Gacuiga Muthoga et du Ghanéen Emile Francis Short.

AT/KN/GF/FH (MH''0415A)