14.04.2004 - TPIR/GOUVERNEMENT I - LA DEFENSE DE RWAMAKUBA SE PLAINT DES OBJECTIONS DE l'ACCUSATION

Arusha 14 avril 2004(FH)- La défense de l'ex- ministre de l'enseignement primaire et secondaire sous le gouvernement intérimaire, André Rwamakuba, en procès devant le Tribunal pénal international pour le Rwanda (TPIR), s'est plainte mercredi des objections du procureur lors du contre-interrogatoire D'un témoin à charge.

Rwamakuba est co-accusé avec trois ex-dirigeants nationaux du Mouvement républicain national pour la démocratie et le développement (MRND, ex-parti présidentiel) : Mathieu Ngirumpatse, président, Edouard Karemera, vice- président, et Joseph Nzirorera, secrétaire général, dans le procès dit " Gouvernement I".

1 min 24Temps de lecture approximatif

Edouard Karemera était également ministre de l'intérieur sous le gouvernement intérimaire et Joseph Nzirorera, président de l'assemblée nationale intérimaire.

Ils sont notamment accusés D'entente en vue de commettre le génocide et de crimes contre l'humanité.

Me David Hooper, l'avocat britannique de Rwamakuba, a dénoncé les nombreuses objections émises par le substitut jamaïcain du procureur, Don Webster, lors du contre-interrogatoire du neuvième témoin à charge dénommé "GFA" pour dissimuler son identité.

Me Hooper a déclaré qu'il ne voyait pas " la nécessité de poursuivre le travail de défense" dans ces conditions. Rwamakuba ne se présente pas aux audiences depuis l'ouverture du procès au mois de novembre dernier, alléguant que son dossier a été "manipulé" par le procureur.

Don Webster a indiqué à plusieurs reprises que les questions de Me Hooper étaient suggestives. La défense a rétorqué qu'elle testait la crédibilité du témoin et cherchait à clarifier avec lui des points abordés en interrogatoire principal.

La chambre, par la voix de sa présidente sénégalaise Andrezia Vaz, a conseillé à Me Hooper de poser au témoin des questions qui lui permettent de comprendre et non des questions suggestives. Hooper était le dernier conseil de la défense à contre- interroger le témoin GFA, à la barre depuis le 30 mars.

Le procès se poursuit jeudi avec la comparution D'un nouveau témoin.

Les débats se déroulent devant la troisième chambre de première instance du TPIR comprenant, outre la juge Vaz, les juges italienne Flavia Lattanzi et camerounaise Florence Rita Arrey.

ER/AT/GF/FH (GVI''0414A)