30.03.2004 - TPIR/GOUVERNEMENT I - NZIRORERA AURAIT MIS SUR PIED ET ENCOURAGE LES INTERAHAMWE

Arusha, le 30 mars 2004(FH) – Le neuvième témoin à charge dans le procès dit Gouvernement I a déclaré mardi devant le Tribunal pénal international pour le Rwanda (TPIR) que l’ancien secrétaire général du MRND, Joseph Nzirorera, avait mis sur pied l’aile jeunesse du parti, les Interahamwe, dans la commune Mukingo et avait encouragé ses opérations.

Nzirorera est co-accusé avec l'ancien président du Mouvement républicain national pour la démocratie et le développement (MRND), Matthieu Ngirumpatse, son vice président et par ailleurs ministre de l'intérieur dans le gouvernement intérimaire, Edouard Karemera, ainsi que l'ancien ministre de l'enseignement primaire et secondaire, André Rwamakuba.

1 min 50Temps de lecture approximatif

Le témoin, lui-même ancien membre des Interahamwe, a indiqué à la chambre au cours de son interrogatoire principal que Nzirorera avait joué un rôle important dans la création des Interahamwe dans la commune Mukingo (préfecture de Rehengeri). L’aile jeunesse a été établie à Mukingo en 1991.

Le témoin, répondant au nom de code GFA, a ajouté que l’accusé avait également donné des instructions quant à ce que les membres de la malice devaient faire, et leur avait distribué des uniformes.

“Il nous donnait de l’argent et quelquefois, des moyens de transport. Nous étions comme ses garçons,” a déclaré le témoin.

GFA a indiqué que Nzirorera avait distribué les premiers uniformes en août 1992.

“Il les a personnellement distribué dans sa maison de Mukingo,” a-t-il expliqué. A cette occasion, plus de cinquante Interahamwe en auraient reçu, a-t-il ajouté.

Au cours de la distribution, Nzirorera aurait également encouragé les Interahamwe à surveiller étroitement les activités des Tutsis, Ruhengeri ayant été attaqué par le FPR (Front Patriotique Rwandais, ex-rébellion à dominante tutsie).

Le témoin s’est également souvenu que plusieurs réunions ont eu lieu au domicile de Nzirorera à Mukingo en 1993. A la fin des réunions, tenues, selon le témoin, presque chaque fin de semaine, des instructions étaient données aux Interhamwe.

Le procès a repris mardi après avoir été suspendu lundi, les accusés ayant décidé de le boycotter. Karemera avait notamment demandé aux juges de se dessaisir de l’affaire, au motif qu’ils ne seraient pas impartiaux. La chambre a rejeté cette requête mardi.

Hormis Rwamakuba, qui boycotte le procès depuis ses débuts, le 27 novembre 2003, alleguant que son dossier est manipulé par le procureur, les accusés étaient présents mardi matin dans le box.

La déposition de GFA se poursuit mercredi.

Ce procès dit "Gouvernement I" se déroule devant la troisième chambre de première instance du TPIR comprenant outre la juge Vaz, deux juges non
permanentes l'Italienne Flavia Lattanzi et la Camerounaise Florence Rita Arrey. Il n'y a pas eu de débats de fond depuis le 11 décembre.

CE/PJ/GF/FH (GVI''0329A)