29.03.2004 - TPIR/GOUVERNEMENT I - LES ACCUSES BOYCOTTENT UNE NOUVELLE FOIS l'AUDIENCE

Arusha, le 29 mars 2004 (FH) - Trois responsables de l'ex-parti présidentiel et un ancien membre du gouvernement intérimaire ont une seconde fois boycotté l'audience à la reprise de leur procès devant le Tribunal pénal international pour le Rwanda (TPIR).

Le 24 février dernier, les accusés avaient également refusé de se présenter devant la chambre, alors qu'ils devaient plaider sur base D'un acte D'accusation amendé.

1 min 34Temps de lecture approximatif

Lorsqu'un accusé refuse de plaider, le juge conclut qu'il a répondu par la négative à l'ensemble des charges.

Lundi, les avocats ont informé la cour que leurs clients ont choisi de s'absenter au motif que les juges n'ont pas répondu à une lettre du 19 janvier contenant leurs doléances.

Les accusés dans cette affaire sont l'ancien président du Mouvement républicain national pour la démocratie et le développement (MRND), Matthieu Ngirumpatse, son vice président et par ailleurs ministre de l'intérieur dans le gouvernement intérimaire, Edouard Karemera, le sécrétaire général de ce parti et président du parlement intérimaire, Joseph Nzirorera, ainsi que l'ancien ministre de l'enseignement primaire et secondaire, André Rwamakuba.

La présidente de la chambre, la juge sénégalaise Andrésie Vaz, a déclaré que la chambre ne répondra pas à une lettre méprisante. La juge Vaz a ajouté que les accusés ont intérêt à assister à leur procès.

Immédiatement après, l'avocate sénégalaise Me Dior Diagne, qui représente Karemera, a indiqué son client demande que les trois juges de la chambre se dessaisissent du dossier. Me Diagne a expliqué que Karemera doutait de leur impartialité.

Pour sa part, l'avocat américain Me Peter Robinson, qui défend Nzirorera, a demandé que la déposition D'un des témoins à charge soit rejetée car, selon lui, le procureur a enfreint les règles de communication des pièces.

Le représentant du parquet, Don Webster (Etats unis/Jamaïque), a qualifié les deux requêtes D'outrageantes, dégoûtantes et sans substance. La chambre a ajourné les débats sine die pour délibérer sur ces requêtes.

Ce procès dit "Gouvernement I" se déroule devant la troisième chambre de première instance du TPIR comprenant outre la juge Vaz, deux juges non permanentes l'Italienne Flavia Lattanzi et la Camerounaise Florence Rita Arrey. Il n'y a pas eu de débats de fond depuis le 11 décembre.

PJ/AT/GF/FH (GVI''0329A)