17.03.2004 - TPIR/SIMBA - ALOYS SIMBA PLAIDE A NOUVEAU NON COUPABLE DE GENOCIDE

Arusha, le 17 mars 2004 (FH) - L’ancien officier de l’ex-armée rwandaise, le colonel Aloys Simba a de nouveau plaidé non coupable de génocide mercredi devant la première chambre de première instance du tribunal pénal international pour le Rwanda (TPIR), sur base d’un acte d’accusation modifié.

Le colonel Simba répond de quatre chefs d’accusation de génocide, complicité dans le génocide et crimes contre l’humanité (extermination et assassinat).

1 min 21Temps de lecture approximatif

Sa première comparution initiale avait eu lieu le 18 mars 2002.

Selon le parquet, le colonel Simba était responsable de la défense civile dans les provinces de Butare et Gikongoro (sud du Rwanda) en mai et juin 1994, et avait autorité sur les militaires, les policiers et les Interahamwe (miliciens de l’ex-parti présidentiel, le MRND). Il aurait en cette qualité dirigé les massacres de Tutsis dans cette région.

L’accusé aurait déclaré en avril 1994 : « La situation est dangereuse, j’ai été rappelé sous les drapeaux pour aider à traquer les Tutsis ».

Le parquet allègue que bien que retraité, le colonel Simba portait l’ uniforme militaire en public en avril 1994. « Il assimilait les rapports entre Hutus et Tutsis à ceux entre le chat et le rat », souligne l’accusation.

Le colonel Simba a fait partie du "comité pour la paix et l'unité nationale", un groupe D'officiers qui ont géré les affaires de l'Etat après le renversement de l'ex-président rwandais, Grégoire Kayibanda, par le général-major Juvénal Habyarimana, le 5 juillet 1973.

Il est par la suite devenu ministre de l'information et, plus tard, député. Le colonel Simba a notamment commandé le camp militaire de Kigali.

l'ex-officier a été arrêté au Sénégal le 27 novembre 2001 et transféré au centre de détention du TPIR le 11 mars 2002. Il est défendu par l’avocat béninois Me Alao Sadikou, tandis que le parquet est représenté par le camerounais William Egbe.

Le colonel Simba a comparu devant un juge unique, le Fidjien Jai Ram Reddy. La date du début du procès a été fixée au 10 mai prochain.

GA/CE/GF/FH (SI’’0317A)