01.03.2004 - TPIR/GACUMBITSI - LA DEFENSE DE GACUMBITSI A PLAIDE l'ACQUITTEMENT

Arusha, le 1er mars 2004 (FH)-La défense de l'ancien maire de Rusumo (province Kibungo, est du Rwanda), Sylvestre Gacumbitsi, poursuivi pour génocide et crimes contre 'lhumanité, a plaidé l'acquittement lors des plaidoiries lundi devant le Tribunal pénal international pour le Rwanda (TPIR).

l'avocat camerounais, Me Kouengoua [sans prénom], a affirmé que " le procureur n'a pas prouvé au-delà de tout doute raisonnable que Gacumbitsi est coupable de génocide, complicité dans le génocide, l'extermination, le meurtre et le viol en tant que crimes contre l'humanité".

1 min 47Temps de lecture approximatif

" Notre demande est (qu'il) soit acquitté des cinq chefs D'accusation" retenus contre lui, a conclu l'avocat.

Le co-conseil, la Camerounaise Me Anne Mbattang, a de son côté rejeté en bloc les accusations portées contre l'ancien maire. Elle a soutenu que " Gacumbitsi ne saurait être la cause du mal de Nyarubuye" étant donné qu'il a fait ses études là-bas. Me Mbattang a rappelé qu'il y avait beaucoup de Tutsis parmi les anciens camarades de classe de Gacumbitsi.

Le parquet maintient que plus de 20.000 personnes ont trouvé la mort à la paroisse de Nyarubuye le 15 avril 1994. Ce massacre aurait été ordonné par Gacumbitsi.

Me Mbattang s'est par ailleurs attaquée à l'acte D'accusation, le qualifiant de " vague". Elle a estimé que le document manque D'éléments de preuve clairs prouvant la culpabilité de l'accusé. l'avocat a rejeté les dépositions des témoins à charge, au motif qu'un des témoins aurait lui-même reconnu avoir été "entraîné "par IBUKA (la principale association rwandaise de rescapés du génocide), avant sa comparution.

Me Kouengoua a quant à lui estimé que le témoin expert du parquet, l'historienne américaine et activiste des droits de l'homme, Alison des Forges, n'avait pas la connaissance géographique de Rusumo. Quant aux photographies des lieux, la défense a estimé qu'elles ne reflétaient pas la réalité.

"J'ai l'impression que Gacumbitsi est la seule personne [accusée devant le TPIR] dont la famille est restée sur place au Rwanda. J'ignore le comportement des criminels, mais je constate que ses enfants sont toujours à Rusumo, et qu'aucun membre de sa famille n'a fui le pays", a fait valoir Me Kouengoua. l'avocat entendait signifier que si Gacumbitsi avait du sang sur les mains, sa famille ne vivrait pas en sécurité au Rwanda.

Le parquet a requis la prison à vie et la défense a plaidé l'acquittement.

Le procureur a cité quinze témoins au cours du procès, contre vingt et un à décharge.

Le procès a commencé le 28 juillet 2003 devant la troisième chambre de première instance du TPIR présidée par la juge sénégalaise Andrésia Vaz, assistée des juges russe Serguei Egorov, et fidjien Jai Ram Reddy. Le verdict pourrait tomber au mois de juin.

GA/SV/AT/FH (GA''0301B)