23.02.2004 - TPIR/MILITAIRES I - BAGOSORA AURAIT EXHORTE LES MILICIENS " A ETRE COURAGEUX"

Arusha 23 février 2004 (FH)-Un témoin cité lundi devant le Tribunal pénal international pour le Rwanda (TPIR) a déclaré que l'ex- directeur de cabinet au ministère de la défense, le colonel Théoneste Bagosora, a exhorté les miliciens Interahamwe " à être courageux dans leur travail. "

Le terme travail signifiait, pendant le génocide, tuer les Tutsis, selon le témoin dénommé "XAQ", pour préserver son anonymat.

1 min 28Temps de lecture approximatif

XAQ est le quarante septième témoin à charge dans le procès "Militaires I", dans lequel Bagosora comparaît avec trois autres hauts gradés des ex-Forces armées rwandaises (FAR). Il a allégué avoir vu Bagosora s'entretenant avec des miliciens lors D'une réunion publique près du camp militaire de Kanombe dans la matinée du 7 avril 1994 . Le témoin a cependant admis qu'il na pas pu entendre les propos tenus par l'accusé.

Environ 50 militaires prenaient part à cette réunion, selon lui. Le témoin, qui faisait partie du bataillon para-commando de Kanombe, a par ailleurs indiqué que l'armée rwandaise poursuivait ses entraînements à l'insu de la Mission des Nations Unies pour l'assistance au Rwanda (MINUAR). La MINUAR était présente dans le pays pour superviser l'application de l'accord de paix signé en Tanzanie en août 1993 par le gouvernement et l'ex-rébellion du Front patriotique rwandais (FPR), actuellement au pouvoir à Kigali.

Le colonel Bagosora, originaire de la préfecture de Gisenyi (nord) comme le président Juvénal Habyarimana, est présenté par le procureur comme " le cerveau" du génocide anti-tutsi de 1994. Le parquet soutient que Bagosora a dirigé "de facto" le Rwanda après la mort du président Habyarimana le 6 avril 1994.

Bagosora est co-accusé avec l'ancien responsable des opérations militaires à lEtat-major de l'armée, le général de brigade Gratien Kabiligi, l'ancien commandant du secteur militaire de Gisenyi (ouest), le lieutenant-colonel Anatole Nsengiyumva, et l'ancien commandant du bataillon para-commando de Kanombe à Kigali, le major Aloys Ntabakuze.

Ce procès se déroule devant la première chambre de première instance du Tribunal pénal international pour le Rwanda (TPIR) présidée par le juge norvégien Erik Mose, assisté du Russe Serguei Aleckseievich Egorov et du Fidjien Jai Ram Reddy.

Le témoin XAQ poursuit sa déposition mardi.

ER/SV/AT/GF/FH (Ml''0223B)