11.02.2004 - TPIR/BUTARE - INTERRUPTION DU CONTRE-INTERROGATOIRE D'UN TEMOIN MALADE

Arusha, le 11 février 2004 (FH)-La deuxième chambre de première instance a suspendu, pour cause de maladie, le contre-interrogatoire D'un témoin à charge mercredi dans le procès du groupe Butare (sud du Rwanda) en cours devant le Tribunal pénal international pour le Rwanda (TPIR)

Désigné par les lettres "TW" pour cacher son identité, le vingt-neuvième témoin du parquet répondait aux questions de Me Pierre Boulé, l'avocat canadien de l'ancien maire de Muganza, Elie Ndayambaje, un des six accusés dans ce procès.

La représentante italienne du procureur, Sylvana Arbia, a suggéré D'appeler à la barre le témoin suivant dénommé " TP" en attendant le retour de TW, citant des impératifs D'économie judiciaire.

0 min 57Temps de lecture approximatif

La chambre a fait droit à la requête du procureur, mais la défense a accepté cette décision à contre coeur. Me Boulé avait suggéré que le témoin absent termine D'abord sa déposition avant le passage D'un autre, " pour des raisons de consistance ".

Ndayambaje est co-accusé avec l'ancienne ministre de la famille et de la condition féminine, Pauline Nyiramasuhuko, et son fils Arsene Shalom
Ntahobali, deux ex-préfets Sylvain Nsabimana et Alphonse Nteziryayo, ainsi que l'ancien maire de Ngoma, Joseph Kanyabashi.

Ils sont poursuivis pour génocide et crimes contre l'humanité. Tous plaident non coupable.

Les débats sont présidés par le juge tanzanien William Hussein Sekule, assisté des juges malgache Arlette Ramaroson, et ougandaise Solomy Balungi Bossa.

GA/NI/AT/GF/FH (BT''0211A)