27.01.2004 - TPIR/MILITAIRES I - LE GENERAL DALLAIRE VOUDRAIT "FAIRE LE DEUIL" AU RWANDA

Arusha, le 27 janvier 2004 (FH)-Le général canadien à la retraite Roméo Dallaire a déclaré quil envisage D'aller au Rwanda pour rendre hommage aux victimes du génocide anti-tutsi et des massacres dopposants qui ont fait un million de morts en 1994.

"J'aimerais bien passer des années dans les mille collines et faire le deuil, mais aussi re-communiquer avec les esprits qui sont là", a souhaité l'ancien commandant de la Mission des Nations Unies pour l'assistance au Rwanda (MINUAR), lors D'un point de presse mardi à Arusha.

1 min 12Temps de lecture approximatif

Le général canadien s'exprimait au terme de sa déposition pour le compte du parquet dans le procès de quatre hauts gradés des ex-Forces armées rwandaises (FAR). Initialement prévue pour durer jusqu'au 30 janvier, l'audition du général canadien s'est terminée plus tôt.

Le prochain témoin sera le major canadien Brent Beardsley, ancien aide de camp du général Dallaire à la MINUAR. Il a rédigé quelques chapitres du livre "J'ai serré la main du diable" publié par Dallaire en octobre dernier.

Prié de commenter son nouveau face à face avec l'ancien directeur de cabinet au ministère rwandais de la défense, le colonel Théoneste Bagosora, contre qui il a essentiellement témoigné, le général Dallaire a répondu: "C'est à moi de vivre et de tenter D'absorber ces expériences".

Considéré par le parquet comme le "cerveau" du génocide rwandais, Bagosora est co-accusé avec l'ancien responsable des opérations militaires à l'Etat major de l'armée, le général de brigade Gratien Kabiligi, l'ancien commandant de la région militaire de Gisenyi (ouest du Rwanda), le lieutenant-colonel Anatole Nsengiyumva, ainsi que l'ancien commandant du bataillon para-commando de Kanombe (Kigali), le major Aloys Ntabakuze.

Accusés notamment de génocide, de crimes contre l'humanité et de crimes de guerre, tous plaident non coupable.

GA/AT/GF/FH (Ml''0127B)