22.01.2004 - TPIR/KAMUHANDA - l'ALIBI DE l'EX-MINISTRE KAMUHANDA REJETE

Arusha 22 janvier 2004 (FH)- Les juges ont rejeté jeudi l'alibi de l'ancien ministre de l'enseignement supérieur, de la recherché scientifique et de la culture sous le gouvernement intérimaire, Jean de Dieu Kamuhanda, et l'ont condamné la prison à vie.

Des huit chefs D'accusation portés contre lui, deux ont été établis par la majorité de la chambre: génocide et crime contre l'humanité (extermination).

1 min 34Temps de lecture approximatif

Kamuhanda, 51 ans, était poursuivi pour des crimes commis dans sa commune natale de Gikomero (Kigali rurale) autour du 12 avril 1994.

Il avait développé une défense D'alibi selon lequel il ne pouvait se rendre à Gikomero à cette date, les voies possibles étant , selon lui, sous le contrôle de l'ex- rébellion du Front patriotique rwandais (FPR) aujourdhui au pouvoir.

La chambre a trouvé l'alibi "peu crédible", a déclaré son président, le Tanzanien William Hussein Sekule, qui a lu le résumé du jugement. Le juge Sekule a fait remarquer que Kamuhanda était "un homme respecté, influent, un intellectuel censé apprécier la dignité et valeur de la vie". Alors qu'il aurait dû prêcher la tolérance, "il a blâmé des gens leur reprochant de pas être impliqués dans la campagne de violence", a ajouté le juge.

Selon le jugement, Kamuhanda a dirigé une attaque contre des milliers de Tutsis le 12 avril 1994 à la paroisse de Gikomero. Il est arrivé là avec un groupe de miliciens Interahamwe, de soldats, de policiers et de civils armés, selon le jugement qui souligne par ailleurs que l'attaque a causé la mort D'un grand nombre de Tutsis.

"Il a dirigé une attaque pour tuer des gens qui avaient cherché refuge dans un lieu universellement reconnu comme un sanctuaire", relève le jugement.

Le jugement ajoute que l'ex-ministre a participé aux massacres dans l'intention spécifique de détruire le groupe ethnique tutsi.

Kamuhanda est entré au gouvernement intérimaire le 25 mai 1994 en remplacement de Daniel Mbangura qui venait dêtre nommé directeur de cabinet du président intérimaire Théodore Sindikubwabo. Les autres membres de ce gouvernement avaient prêté serment le 9 avril.

Kamuhanda est le troisième membre de ce gouvernement jugé par le TPIR après l'ex-premier ministre Jean Kambanda et son ancien ministre de l'information, Eliezer Niyitegeka, également condamnés à la prison à vie.

Il s'agit, par ailleurs, de la dix-huitième personne jugée par le TPIR depuis sa création en novembre 1994. Une seule D'entre elles a été acquittée.

ER/PJ/AT/GF/FH (KH''0122C)