21.01.2004 - TPIR/MILITAIRES I - LES EX-FORCES ARMEES RWANDAISES ETAIENT INDISCIPLINEES, SELON LE GE

Arusha, le 21 janvier 2004 (FH)-Le général canadien Roméo Dallaire, qui commandait la Mission des Nations Unies pour l'assistance au Rwanda (MINUAR), a affirmé mercredi devant le Tribunal pénal international pour le Rwanda (TPIR) que les ex-Forces armées rwandaises (FAR) étaient une "armée mal orientée, indisciplinée et non déterminée à remplir ses fonctions".

Roméo Dallaire a abouti à cette conclusion au terme dune mission dévaluation effectuée au Rwanda en août 1993, deux mois avant le déploiement de la MINUAR.

1 min 57Temps de lecture approximatif

Le général canadien témoigne depuis lundi dans le procès de quatre hauts gradés des FAR, dont l'ancien directeur de cabinet au ministère de la défense, le colonel Théoneste Bagosora. Celui-ci est présenté par le parquet comme "le cerveau" du génocide et des massacres D'opposants qui ont fait un million de morts en 1994.

Le général Dallaire a allégué que l'attitude du colonel Bagosora à partir du 6 avril 1994 pouvait faire penser qu'il avait "planifié" les massacres.

Parlant de l'ancien chef D'Etat major des FAR, le général major Déogratias Nsabimana, Roméo Dallaire a déclaré qu'il "n'avait pas les qualités dans son commandement que J'aurais anticipé à son grade". Le général Nsabimana a été tué le 6 avril 1994 lorsque l'avion du président Juvénal Habyarimana, qu'il avait accompagné à Dar-es-salaam (Tanzanie), a été abattu au-dessus de l'aéroport de Kigali.

D'après Dallaire, l'armée rwandaise était tellement désorganisée qu'elle pouvait représenter "un danger."

Le général Dallaire avait par contre une opinion différente en ce qui concerne les rebelles du Front patriotique rwandais (FPR), actuellement au pouvoir à Kigali. l'ex-commandant de la MINUAR a avoué qu'il avait de l'admiration pour la stratégie de combat du commandant du FPR, l'actuel président rwandais Paul Kagame. "Je lui dois le même respect qu'à (le maréchal allemand Erwin) Rommel et D'autres généraux allemands.", a-t-il dit.

Le maréchal Rommel avait fait preuve de qualités militaires exceptionnelles lors de la deuxième guerre mondiale, notamment lors de son aventure en Afrique du nord qui lui avait valu le sobriquet de "Renard du désert".

Roméo Dallaire était contre-interrogé par l'avocat franco-martiniquais, Me Raphaël Constant, qui représente Bagosora. Me Constant entend l'interroger jusque vendredi.

Bagosora est coaccusé avec l'ancien responsable des opérations militaires à l'Etat major de l'armée rwandaise, le général de brigade Gratien Kabiligi, l'ancien commandant de la région militaire de Gisenyi (ouest du Rwanda), le lieutenant-colonel Anatole Nsengiyumva, ainsi que l'ancien commandant du bataillon para-commando de Kanombe (Kigali), le major Aloys Ntabakuze.

Ils sont notamment accusés D'entente en vue de commettre le génocide, de crimes de guerre et de crimes contre l'humanité. Ils plaident non coupable.

Leur procès se déroule devant la première chambre de première instance du TPIR présidée par le juge norvégien Erik Mose, assisté des juges russe Serguei Egorov et fidjien Jai Ram Reddy.

GA/AT/GF/FH (Ml''0121B)