10.12.2003 - TPIR/GOUVERNEMENT II - BIZIMUNGU AURAIT DISTRIBUE DES MACHETTES AUX INTERAHAMWE

Arusha, le 10 décembre 2003 (FH) - Le sixième témoin à charge dans le procès de quatre anciens ministres du gouvernement intérimaire a déclaré que l'accusé Casimir Bizimungu aurait distribué des machettes aux miliciens Interahamwe en avril 1994 dans la province de Ruhengeri (nord du Rwanda).

Originaire de Ruhengeri, Casimir Bizimungu était ministre de la santé en 1994.

1 min 59Temps de lecture approximatif

Désigné par le pseudonyme "GKB" pour assurer sa protection, le témoin a déclaré qu'il faisait partie des Interahamwe de la commune de Nyarutovu, auxquels Bizimungu aurait fourni des machettes. Les Interahamwe constituaient l'aile jeunesse de l'ex-parti présidentiel, le Mouvement républicain national pour la démocratie et le développement (MRND). Le parquet du TPIR considère les Interahamwe comme le fer de lance du génocide anti-tutsi et des massacres qui ont fait un million de morts en 1994.

Les dites machettes étaient destinées à tuer les Tutsis de Nyarutovu, a déclaré GKB. Le témoin a précisé que l'accusé aurait distribué cinquante machettes. Après cette distribution alléguée, les Tutsis de Nyarutovu ont été pourchassés pendant toute la journée, selon le témoin.

Casimir Bizimungu est coaccusé avec l'ancien ministre des affaires étrangères Jérôme Bicamumpaka, celui du commerce Justin Mugenzi ainsi que celui de la fonction publique Prosper Mugiraneza.

Ils répondent de six chefs de génocide et de crimes contre l'humanité et plaident non coupable.

GKB a allégué que les miliciens chantaient des chants de guerre dont "Tubatsembatsembe" (Exterminons-les Tutsis-) Bizimungu aurait encouragé les Interahamwe à apprendre ces chants. "Il [Bizimungu] aimait cette chanson [Tubatsembatsembe] et la chantait souvent", a allégué GKB.

Une deuxième chanson s'intitulait "Nous mènerons cette guerre et nous en sortirons vainqueurs", a ajouté le témoin. Selon lui, cette chanson signifiait que les Tutsis allaient être vaincus à tout prix. Les dites chansons étaient entonnées après une attaque, a poursuivi le témoin.

Entre 1992 et 1993, GKB D'autres Interahamwe auraient reçu des entraînements à proximité du camp militaire de Ruhengeri. Ces entraînements ont eu lieu dans une maison appartenant à Joseph Nzirorera, a allégué GKB.

Nzirorera était secrétaire général du MRND. Il est également en procès au TPIR.

Selon le témoin, Nzirorera, Bizimungu ainsi que l'ancien maire de Mukingo (province Ruhengeri), Juvénal Kajelijeli , rendaient souvent visite à ce groupe composé de soixante dix Interahamwe. Kajelijeli a été condamné à l'emprisonnement à vie le 1er décembre dernier par le TPIR pour génocide et crimes contre l'humanité. Il fera appel.

Durant des visites nocturnes, Bizimungu aurait demandé aux miliciens de suivre des instructions émanant des leaders hutus. Il les aurait également encouragé à s'assurer que les partis opposés au MRND ne hissent pas leurs drapeaux à Ruhengeri. Le contre-interrogatoire de GKB se poursuit jeudi.

Souvent appelé "Gouvernement II", ce procès se déroule devant la deuxième chambre de première instance du TPIR présidée par le juge sri-lankais Asoka de Zoysa de Gunawardana et comprenant en outre le juge kenyan Lee Gacuiga Muthoga et la juge pakistanaise Khalida Rashid Khan.

AT/PJ/GF/FH (GVII'1210A)