05.12.2003 - TPIR/MILITAIRES I - UN TEMOIN A CHARGE A ETE RAPPELE A LA BARRE

Arusha, le5 décembre 2003 (FH) -Un témoin du parquet entendu le 19 novembre dernier dans le procès de quatre hauts gradés des ex-Forces armées rwandaises (FAR) a été rappelé vendredi devant le Tribunal pénal international pour le Rwanda (TPIR).

Le rappel a été motivé par des "faits nouveaux" introduits au dossier lors de sa déposition.

1 min 35Temps de lecture approximatif

La chambre avait accordé deux semaines à la défense pour mener des enquêtes sur ces éléments de preuve, interrompant ainsi son contre-interrogatoire.

Devant les enquêteurs du parquet, le témoin dénommé "DA" pour préserver son anonymat, le vingt-septième à charge, avait allégué que l'ancien directeur de cabinet au ministère de la défense, le colonel Théoneste Bagosora avait, par le biais D'un message codé transmis dans la nuit du 6 avril 1994, ordonné au bataillon de reconnaissance de Kigali, de bloquer l'accès aux bâtiments de Radio Rwanda.

Le premier ministre Agathe Uwilingiyimana, qui devait y enregistrer une déclaration, a été empêchée de s'y rendre. Le 7 avril au matin, Mme Uwilingiyimana a été assassinée par des soldats rwandais.

C'est compte tenu du caractère "particulièrement incriminant et novateur" de ce témoignage que la défense avait exigé l'accès aux archives du ministère de la défense du Rwanda.

En reprenant le contre-interrogatoire de DA, le co-conseil canadien de Bagosora, Me Paul Skolnik, s'est attaqué à sa crédibilité en se référant à sa déclaration écrite.

"Le 6 avril, à vingt heures trente, je n'étais pas de service, J'étais au lit" a relevé l'avocat dans la déclaration écrite de DA, se demandant comment dans ces conditions le témoin il a pu être au courant des agissements de son client. "D'habitude, un militaire est au travail même s'il est au lit", a rétorqué DA.

Le colonel Bagosora est co-accusé avec l'ancien responsable des opérations militaires à l'Etat major de l'armée, le général de brigade Gratien Kabiligi, l'ancien commandant de la région militaire de Gisenyi (ouest du Rwanda), le lieutenant-colonel Anatole Nsengiyumva, ainsi que l'ancien commandant du bataillon para-commando de Kanombe (Kigali), le major Aloys Ntabakuze. Tous plaident non coupable.

Le procès se déroule devant la première chambre de première instance du TPIR, présidée par le juge norvégien Erik Mose, assisté des juges russe Serguei Egorov et fidjien Jai Ram Reddy. Le contre-interrogatoire de DA se poursuivra lundi prochain.

GA/AT/GF/FH(Ml'1205A)