28.11.2003 - TPIR/GOUVERNEMENT II - LE PROCES PERTURBE CETTE SEMAINE PAR L’ABSENCE D’UN CONSEIL

Arusha 28 novembre 2003 (FH) – Le procès de quatre anciens membres du gouvernement intérimaire poursuivis pour génocide et crimes contre l’ humanité devant le Tribunal pénal international pour le Rwanda (TPIR) a été perturbé cette semaine par l’absence du conseil de l’un des accusés.

Me Michelyne Chénard Saint-Laurent, l'avocate canadienne de l’ancien ministre de la santé Casimir Bizimungu, a quitté Arusha mardi.

1 min 24Temps de lecture approximatif

Elle devait se rendre au chevet de son assistante et compatriote Andréa Valdivia hospitalisée à Nairobi (Kenya).

Elle a expliqué avant son départ qu’elle voulait notamment savoir si l’état de santé de Valdivia nécessitait un transfert au Canada.

Me Saint-Laurent étant actuellement l'unique défenseur de Bizimungu, la chambre avait dû reporter les débats à vendredi.

Vendredi matin, l’avocate canadienne n’était pas encore de retour à Arusha.

Les autres équipes de défense et le bureau du procureur sont tombés d’accord pour une nouvelle suspension du procès jusqu’à lundi matin dans l’espoir que Me Saint-Laurent sera revenue ou qu’un co- conseil aura été nommé.

Mardi, la chambre avait instruit le greffe de nommer un co-conseil dans les meilleurs délais.

Casimir Bizimungu est co- accusé avec ses anciens collègues du commerce, Justin Mugenzi, de la fonction publique, Prosper Mugiraneza et des affaires étrangères, Jérôme Bicamumpaka.

Considéré comme l’un des plus importants de l’histoire du TPIR, ce procès s’ est ouvert sur le fond le 6 novembre.

Les accusés répondent de six chefs d’accusation de génocide et de crimes contre l’humanité.

Le parquet soutient notamment qu’ils ont adhéré depuis octobre 1990 à une entente en vue de tuer les Tutsis.

« Partout où ces ministres se rendaient, à partir du 9 avril 1994, leur passage était suivi de massacres et de disparitions de Tutsis », ajoute l’ accusation

Les anciens dignitaires plaident non coupable.

Le procès se déroule devant la deuxième chambre de première instance du TPIR présidée par le juge Asoka de Zoysa Gunawardana du Sri Lanka. Il est assisté des juges Khalida Rashid Khan du Pakistan et Lee Gacuiga Muthoga du Kenya.
ER/CE/FH (GVII'1128'A)