25.11.2003 - TPIR/GOUVERNEMENT I - L’OUVERTURE DU PROCES REPORTEE A JEUDI

Arusha, le 25 novembre (FH) - l'ouverture du procès de quatre anciens hauts dignitaires rwandais prévue mercredi devant le Tribunal pénal international pour le Rwanda (TPIR) a été reportée à jeudi, en raison de la fête musulmane de la fin du Ramadan.

l'ouverture de ce procès, initialement prévue le 3 novembre, avait été reportée une première fois au 26 novembre, pour permettre à la défense de boucler les enquêtes préalables aux débats.

1 min 22Temps de lecture approximatif

Trois des quatre accusés sont d’anciens responsables nationaux du Mouvement républicain national pour la démocratie et le développement (MRND, ex-parti présidentiel).

A l’époque du génocide, Mathieu Ngirumpatse était président du MRND, Edouard Karemera vice- président et Joseph Nzirorera, secrétaire général. Joseph Karemera était également ministre de l’intérieur au sein du gouvernement intérimaire.

Ngirumpatse et Nzirorera avaient participé au gouvernement avant le génocide. Le second avait par ailleurs été nommé président de l'Assemblée nationale intérimaire en juin 1994.

Les trois ex- dirigeants du MRND sont co- accusés avec l'ancien ministre de l'enseignement primaire et secondaire, André Rwamakuba, issu du Mouvement démocratique républicain (MDR).

Ils répondent de sept chefs D'accusation, parmi lesquels génocide, entente en vue de commettre le génocide, incitation directe et publique à commettre le génocide et extermination et viol en tant que crimes contre l'humanité.

Le parquet les accuse notamment de s’être entendus, de 1990 à 1994, pour mettre sur pied un plan D'extermination des Tutsis ainsi que des Hutus opposés au régime. Lors de leur comparution initiale le 7 avril 1999, ils avaient tous plaidé non coupable.

Leur procès se déroulera devant la troisième chambre de première instance du TPIR présidée par la juge sénégalaise et vice-présidente du Tribunal Andrésia Vaz, assistée de deux juges ad litem (non-permanents), l'Italienne Flavia Lattanzi et la Camerounaise Florence Rita Arrey.

Dit gouvernement I, ce procès double l’affaire gouvernement II en cours depuis le 6 novembre et dans laquelle comparaissent quatre anciens membres du gouvernement intérimaire.

ER/CE/FH (GVI'1125'A)