21.08.2003 - TPIR/MEDIAS - NGEZE N'EST PAS UN ASSASSIN, A PLAIDE SA DEFENSE

Arusha 21 août 2003 (FH)- Les avocats de l'ancien directeur et rédacteur en chef de la revue Kangura, Hassan Ngeze, ont affirmé que leur client n'est pas un assassin, lors de leurs plaidoiries finales jeudi devant le Tribunal pénal international pour le Rwanda (TPIR).

Hassan Ngeze est coaccusé avec deux autres personnes dans le procès des "médias de la haine".

1 min 11Temps de lecture approximatif

Il est poursuivi entre autres pour entente et incitation directe et publique à commettre le génocide et pour crimes contre l'humanité.

"On ne prétend pas que Hassan Ngeze est l'homme le plus discipliné de la terre. Mais ce n'est pas un assassin. C'est un homme bon", a déclaré l'avocat canadien Me René Martel, qui défend Hassan Ngeze. Me Martel assiste l'avocat américain Me John Floyd dans sa défense. l'avocat canadien a ajouté que Hassan Ngeze "ne faisait pas la distinction entre les groupes ethniques".

"La porte de la maison de Hassan Ngeze était toujours grande ouverte. Tout le monde y venait", a poursuivi Me Martel, en reprenant les propos ténus par un témoin à décharge.

"Ngeze ne pratiquait pas la discrimination contre qui que ce soit. Il aimait les gens", a soutenu Me René Martel.

Les avocats de Hassan Ngeze ont toute la journée de jeudi pour présenter leurs arguments. Ils devraient plaider l'acquittement. Le procureur a déjà requis la prison à vie.

Outre Hassan Ngeze, ce procès concerne deux membres du comité D'initiative de la Radio-télévision libre des Mille collines (RTLM), Ferdinand Nahimana et Jean-Bosco Barayagwiza. Le procès a commencé en octobre 2000.

Il se déroule devant la première chambre de première instance du TPIR présidée par la juge sud-africaine Navanethem Pillay et comprenant en outre les juges norvégien Erik Mose et sri-lankais Asoka de Zoysa Gunawardana.

AT/GF/FH(ME'0821B)