15.08.2003 - TPIR/CYANGUGU - LE PROCES DU GROUPE CYANGUGU A ETE MIS EN DELIBERE VENDREDI

Arusha, le 15 août 2003 (FH) - Le procès de trois personnes poursuivies pour des crimes commis à Cyangugu (sud-ouest du Rwanda) a été mis en délibéré vendredi, au terme cinq jours de plaidoiries devant la troisième chambre de première instance du Tribunal pénal international pour le Rwanda (TPIR).

Le procès du groupe Cyangugu concerne l'ancien préfet de Cyangugu, Emmanuel Bagambiki, l'ancien ministre des transports et communications sous le gouvernement intérimaire, André Ntagerura, et l'ancien commandant du camp militaire de Karambo à Cyangugu, le lieutenant Samuel Imanishimwe.

1 min 21Temps de lecture approximatif

Accusés de génocide et de crimes contre l'humanité, ils ont tous plaidé non coupable.

Au cours de son réquisitoire, le représentant du parquet a requis l'emprisonnement à vie pour tous les co-accusés, arguant qu'ils ont participé à un "projet visant à annihiler la population tutsie".

Toutes les équipes de défense ont en revanche plaidé l'acquittement, expliquant que le procureur n'a pas prouvé la culpabilité des accusés "au-delà de tout doute raisonnable".

Les avocats ont notamment dénoncé "le caractère vague" des actes D'accusation, puis rejeté l'ensemble des témoignages à charge, les qualifiant de "sans fondement."

Le procès a commencé le 18 septembre 2000. Au total, 126 témoins, dont 41 du parquet, ont comparu dans ce procès en 160 jours D'audience.

Le procès se déroule devant la chambre présidée par le juge de Saint-Kitts et Nevis George Lloyd George Williams, assisté des juges russe Yakov Ostrovsky et slovène Pavel Dolenc.

Emmanuel Bagambiki, 54 ans, a été défendu par le Belge Me Vincent Lurquin, assisté de Me Seydou Doumbia, également belge D'origine malienne.

Samuel Imanishimwe, 42 ans, s'est quant à lui fait assister par la Camerounaise Me Marie-Louise Mbida, ainsi qu'un professeur congolais de droit, Jean Pierre Fofe.

l'ancien ministre Ntagerura, 53 ans, a été pour sa part défendu par le Canadien Me Benoît Henry et le Franco-congolais Me Hamuli Rety wa Mudeydey.

Le parquet est représenté dans cette affaire par l'Ougandais Richard Karegyesa, la Tanzanienne Holo Makwaia et la Néo-Zélandaise Andra Mobberley.

La date du prononcé du jugement sera annoncée ultérieurement.

GA/AT/GF/FH (CY'0815A)