12.08.2003 - TPIR/CYANGUGU - LA DEFENSE DE l'EX- MINISTRE NTAGERURA PLAIDE l'ACQUITTEMENT

Arusha 12 août 2003 (FH)- La défense de l'ancien ministre des transports et communication sous le gouvernement intérimaire, André Ntagerura, a plaidé son acquittement, lors de ses plaidoiries mardi devant le Tribunal pénal international pour le Rwanda (TPIR).

André Ntagerura est coaccusé avec deux autres personnes pour des crimes commis à Cyangugu (sud-ouest du Rwanda) pendant le génocide anti-tutsi et les massacres D'opposants en 1994.

1 min 46Temps de lecture approximatif

"Le doute subsiste (sur la culpabilité de l'accusé), il l'a largement prouvé. Je vous demande en conséquence de l'acquitter sur les six chefs D'accusation portés contre lui", a plaidé l'avocat principal, le Canadien Me Benoît Henry.

André Ntagerura est notamment accusé D'entente en vue de commettre le génocide et de crimes contre l'humanité.

Me Henry a longuement rappelé la défense D'alibi développée par l'accusé au cours du procès.

André Ntagerura affirme qu'il était en mission à létranger à divers moments où les crimes allégués se commettaient.

Me Henry a demandé aux juges de tenir compte des preuves matérielles qu'il a présentées comme des passeports ainsi que des témoignages oraux à décharge.

l'avocat canadien s'est également attaqué à l'acte D'accusation le qualifiant à maintes reprises de "vague, imprécis, inextricable et de nature à ne pas permettre à l'accusé de se défendre valablement".

"C'est un fourre-tout pouvant couvrir n'importe quoi ou rien à la fois", a-t-il déclaré. Il a souligné que son client a été "informé de la preuve trois ans après son arrestation".

André Ntagerura a été arrêté le 27 mars 1996 au Cameroun. D'après son avocat, André Ntagerura a été "arrêté et détenu sans preuves".

Pour sa part, le co-conseil de Ntagerura, le Franco-congolais Me Hamuli Rety wa Mudeydey, a brossé un portrait de l'accusé, le décrivant comme "un honnête homme [&] arrêté parce quil était homme politique, et non parce qu'il aurait commis des actes répréhensibles."

"Ntagerura est un homme intègre et impartial, qui s'est tenu aux côtés des victimes", a soutenu Me Rety.

Détenteur D'une maîtrise en administration des affaires obtenue à l'Université Laval au Québec (Canada), André Ntagerura, 53 ans, a été ministre au Rwanda de 1981 à 1994.

Il est co-accusé avec l'ancien préfet de Cyangugu, Emmanuel Bagambiki, ainsi que l'ex-commandant du camp militaire de Karambo à Cyangugu, le lieutenant Samuel Imanishimwe.

Lundi, le procureur a requis l'emprisonnement à vie contre les trois coaccusés.

Les plaidoiries de la défense se poursuivront mercredi.

Le procès du "groupe Cyangugu" a commencé le 18 septembre 2000. Il se déroule devant l'ancienne troisième chambre de première instance du TPIR présidée par le juge de Saint-Kitts et Nevis George Lloyd George Williams, assisté des juges russe Yakov Ostrovsky et slovène Pavel Dolenc.

ER/AT/GF/FH (CY'0812A)