06.08.2003 - TPIR/GACUMBITSI - l'EX- MAIRE GACUMBITSI AURAIT VIOLE UNE FILLE TUTSIE DURANT LE GENOCI

Arusha 6 août 2003 (FH) - Un témoin à charge entendu mercredi par le Tribunal pénal international pour le Rwanda (TPIR) a allégué avoir été violée par l'ancien maire de Rusumo (province de Kibungo, est du Rwanda) Sylvestre Gacumbitsi, durant le génocide anti-tutsi de 1994.

Sylvestre Gacumbitsi, 56 ans, répond de cinq chefs D'accusation de génocide et crimes contre l'humanité portant sur des massacres de Tutsis et des viols commis dans sa commune en avril 1994.

1 min 48Temps de lecture approximatif

Dénommée "TAP" pour protéger son anonymat, le neuvième témoin de l'accusation, une femme tutsie, a accusé l'ancien responsable local de l'avoir personnellement violée.

"Il a introduit son sexe dans mon vagin et m'a violée", a rapporté Mme TAP, en sanglotant. Le témoin a allégué qu'avant le viol proprement dit, l'accusé avait introduit une matraque dans son sexe. Ladite matraque mesurait 40 cm, a-t-elle indiqué.

"J'en suis arrivée à souhaiter mourir ", a déclaré le témoin, dont les propos en kinyarwanda étaient traduits à la chambre par un interprète.

Mme TAP a affirmé que ce viol a eu lieu au domicile D'un subordonné de l'accusé, le conseiller du secteur Nyarubuye, Isaïe Karamage. Le témoin n'a pas précisé la date de l'incident. "Depuis lors, J'en souffre beaucoup. J'en garde de douloureuses séquelles" a poursuivi Mme TAP, soulignant que son cycle a été perturbé depuis.

Mme TAP a ajouté que quelques heures plus tôt, elle avait également été violée par trois autres hommes. l'un D'entre eux lui avait enfoncé un morceau D'arbre dans le sexe, a-t-elle allégué.

l'avocat principal de Sylvestre Gacumbitsi, le Camerounais Me Kouengoua, a immédiatement indiqué que ces allégations de viol n'avaient pas été préalablement communiquées à l'accusé et à sa défense et a plaidé qu'elles soient expurgées du procès verbal.

La représentante du procureur, Andra Mobberly , a répliqué que la défense avait été informée de ces éléments la veille.

Après délibération, la chambre a décidé "D'entendre la déposition intégrale du témoin quitte à voir ultérieurement s'il y a lieu de recevoir ou pas ces nouvelles allégations".

l'audience du mercredi a été ponctuée de plusieurs brèves interruptions, mme TAP sollicitant des pauses pour se remettre du choc résultant, selon elle, du souvenir des exactions subies pendant le génocide.

Mme TAP poursuivra sa déposition jeudi . Le procès se déroule devant la troisième chambre de première instance du TPIR présidée par la juge sénégalaise Andrésia Vaz et comprenant, en outre, les juges fidjien Jai Ram Reddy et russe Serguei Aleckseievich Egorov.

Pour la deuxième journée consécutive, le juge Reddy n'a pas siégé pour des raisons de santé.

ER/AT/GF/FH (GA'0806A)