04.08.2003 - TPIR/GACUMBITSI - l'EX- MAIRE AURAIT TUE UN DE SES SUBORDONNES PENDANT LE GENOCIDE

Arusha 4 août 2003 (FH) - Un témoin a allégué que l'ancien maire de Rusumo (province Kibungo, est du Rwanda), Sylvestre Gacumbitsi, aurait tué un de ses subordonnés pendant le génocide anti-tutsi en 1994, lors de sa déposition lundi devant le Tribunal pénal international pour le Rwanda (TPIR).

Dénommé "TAK" pour préserver son anonymat, le sixième témoin de l'accusation a indiqué que la victime, Augustin Kanyogote, était un agent de la commune Rusumo, chargé de l'encadrement agricole.

1 min 46Temps de lecture approximatif

Sylvestre Gacumbitsi répond de cinq chefs D'accusation de génocide et de crimes contre l'humanité portant sur des massacres de Tutsis dans sa commune et des viols.

"C'était la nuit. J'ai entendu Kanyogote crier. Beaucoup de gens le battaient. [...] Plus tard, J'ai appris que Gacumbitsi l'avait tué cette nuit-là", a indiqué M.TAK.

Le témoin a estimé que l'incident s'était produit dans la nuit du 14 au 15 avril 1994.

Kanyogote était allé chercher refuge chez Gacumbitsi, qui était "un ami personnel", a rapporté M.TAK.

Le témoin a affirmé que les restes de Kanyogote ont été retrouvés en 1997, et que c'est à ce moment là qu'il a été officiellement inhumé.

Avant la déposition de TAK, le Tribunal a entendu un autre témoin protégé dénommé TAU. Celui-ci à déclaré avoir vu l'accusé à un lieu-dit Nyabitare en commune Rusumo, en compagnie des policiers municipaux et des miliciens Interahamwe.

Le témoin TAU n'a cependant pas fait D'allégations spécifiques contre Sylvestre Gacumbitsi.

Retrait de nouveaux témoins
Au début de l'audience, le substitut ougandais du procureur, Richard Karegyesa, a indiqué quil renonçait à deux nouveaux témoins. Jeudi dernier, la chambre l'avait déjà autorisé à se passer de trois témoins. Sa liste initiale comprenait 22 témoins, dont un expert : l'historienne américaine et activiste des droits de l'homme, Alison Des Forges.

Le procureur a annoncé qu'il clôturera sa preuve le 28 août. Les débats seront néanmoins suspendus mercredi prochain pour lui permettre de finaliser et de présenter son réquisitoire dans une autre affaire en cours devant le TPIR.

Le parquet dans le procès Gacumbitsi est composé de la même équipe que dans celui de trois personnes poursuivies pour des crimes commis à Cyangugu (sud-ouest du Rwanda). Les plaidoiries dans le procès Cyangugu sont fixées du 11 au 15 août.

Sylvestre Gacumbitsi, 56 ans, comparaît depuis le 28 juillet devant la troisième chambre de première instance du TPIR présidée par la juge sénégalaise Andrésia Vaz et comprenant en outre les juges fidjien Jai Ram Reddy et russe Serguei Aleckseievich Egorov.

Arrêté en Tanzanie en juin 2001, l'ancien maire est assisté par deux avocats camerounais : Me Kouengoua et Me Anne Mbattang.

ER/AT/GF/FH (GA'0804A)