24.06.2003 - TPIR/MILITAIRES I - NSENGIYUMVA AURAIT DISTRIBUE DES ARMES AUX MILICES, SELON UN TEMOIN

Arusha, le 24 juin 2003 (FH) - Un témoin du parquet entendu lundi par le Tribunal pénal international pour le Rwanda (TPIR) a affirmé avoir vu l'ancien commandant de la région militaire de Gisenyi, le lieutenant colonel Anatole Nsengiyumva, procéder à une distribution D'armes aux miliciens Interahamwe.

Dénommé "OAF" pour des raisons de sécurité, le témoin dépose dans le procès de quatre hauts officiers des ex-Forces armées rwandaises (ex-FAR) accusés notamment D'avoir joué un rôle de premier plan dans le génocide rwandais de 1994.

1 min 54Temps de lecture approximatif

Le témoin a rapporté que le 7 avril, il a vu des miliciens décharger des caisses en bois de couleur verte, en présence de Nsengiyumva et D'un responsable des Interahamwe, un certain Hassan Gitoki. Le témoin a été informé plus tard par des membres de la milice que ces caisses contenaient des armes à feu et des grenades. Selon lui, l'évènement s'est déroulé près du marché central de Gisenyi, non loin de son lieu de résidence.

Nsengiyumva est l'un des co-accusés du procès dit "Militaires I", avec l'ancien directeur de cabinet au ministère rwandais de la défense, le colonel Théoneste Bagosora, considéré comme le "cerveau" du génocide, l'ancien responsable des opérations militaires à l'Etat major de l'armée, le général de brigade Gratien Kabiligi, ainsi que l'ancien commandant du bataillon para-commando de Kanombe (Kigali), le major Aloys Ntabakuze.

M. OAF a affirmé avoir été témoin du moment où Nsengiyumva donnait des ordres à un nommé Thomas, lui enjoignant de conduire un Tutsi à la 'commune
rouge', nom de code désignant un lieu de massacres à Gisenyi. "La victime a disparu pour de bon", a ajouté OAF.

Au cours du contre-interrogatoire du témoin, l'avocat kenyan de Nsengiyumva, Me Kennedy Ogetto, a relevé un certain nombre de contradictions, s'agissant notamment des lieux allégués des massacres.

En réplique, le témoin a expliqué avoir fait ces déclarations il y a quatre ans, et que dans ces conditions, les erreurs sont inévitables.

Les débats se poursuivront mardi avec la déposition du sixième témoin à charge dénommé "OAB". Ce dernier comparaîtra dans l'après-midi, le représentant américain du procureur, Barbara Mulvaney, ayant demandé un peu de temps pour préparer cette déposition.

Les juges ont décidé que la matinée serait consacrée à la présentation, par les parties, des requêtes ayant trait à des aspects procéduraux.

Le procès des "Militaires I" se déroule devant la première chambre de première instance du TPIR composé des juges norvégien Erik Mose (président), russe Serguei Aleckseievich Egorov et fidjien Jai Ram Reddy.

Le procès des Militaires I est considéré comme un des plus importants que le TPIR ait mené à ce jour, étant donné le rôle allégué des accusés dans le génocide rwandais.

GA/KN/CE/GF/FH (Ml'0624A)