04.04.2003 - TPIR/MEDIAS - NGEZE NIE ETRE RESPONSABLE D'UN SITE INTERNET

Arusha, le 4 avril 2003 (FH) l'ancien directeur et rédacteur en chef de la revue Kangura, Hassan Ngeze, un des trois accusés dans le procès des "médias de la haine" a nié être le responsable D'un site internet ouvert en son nom, vendredi devant le Tribunal pénal international pour le Rwanda (TPIR).

Hassan Ngeze témoigne depuis deux semaines pour sa propre défense.

1 min 30Temps de lecture approximatif

Vendredi, il était contre-interrogé par le procureur.
Le substitut camerounais du procureur, William Egbe, a exhibé des documents pris sur ce site consacré à l'évolution du procès de Ngeze, l'interrogeant sur leur contenu.

"Je n'ai jamais regardé ce site. Je n'en connais pas le contenu", a déclaré Ngeze, affirmant qu'il est alimenté par ses amis résidant aux Etats Unis. Ngeze a refusé de révéler leur identité.

William Egbe tentait de mettre en doute la crédibilité du témoignage de Ngeze en le confrontant à certaines informations publiées sur ce site. l'une des contradictions relevées concernait le nombre de fois qu'il aurait été emprisonné entre avril et juillet 1994.

Hassan Ngeze est l'un des deux détenus au TPIR à disposer D'un site internet, le second étant Jean-Bosco Barayagwiza également concerné par ce procès.

William Egbe a mis en doute la déposition de Ngeze selon laquelle il a sauvé plusieurs Tutsis pendant le génocide, suggérant que son témoignage était "fabriqué".

Le représentant du parquet s'est basé sur une interview que l'accusé avait accordée à la Radio-télévision libre des Mille collines au plus fort du génocide en réfutant avoir abrité des personnes persécutées. Hassan Ngeze a répondu que c'était le seul moyen de détourner l'attention des tueurs.

l'accusé a ajouté qu'il était connu au Rwanda pour sa générosité. Hassan affirme avoir sauvé un millier de Tutsis entre avril et juillet 1994.

Ngeze et Barayagwiza sont coaccusés avec Ferdinand Nahimana. Le parquet allègue que Barayagwiza et Nahimana étaient parmi les principaux responsables de la RTLM.

Le procès se déroule devant la première chambre de première instance du TPIR présidée par la juge sud-africaine Navanethem Pillay et comprenant en outre les juges norvégien Erik Mose et sri-lankais Asoka de Zoysa Gunawardana. La déposition de Hassan Ngeze se poursuit lundi.

AT/GF/FH(ME'0404A)