14.03.2003 - TPIR/MEDIAS - UNE VICTIME DE VIOL DEPOSE EN FAVEUR DE NGEZE

Arusha, le 14 mars (FH) - Une femme tutsie, victime de violences sexuelles pendant le génocide de 1994, a témoigné Jeudi devant le Tribunal Pénal International pour le Rwanda en faveur de Hassan Ngeze, un des trois accusés dans le procès des médias.

Elle a déclaré que Ngeze l'avait accueillie dans sa maison de Gisenyi avant de l'aider à se réfugier dans l'ex-Zaïre.

2 min 14Temps de lecture approximatif

Ngeze, ex-directeur et rédacteur en chef de la revue Kangura, est co-accusé avec Ferdinand Nahimana, promoteur allégué de la Radio-télévision libre des Mille collines (RTLM) et Jean-Bosco Barayagwiza, ancien conseiller politique au ministère des affaires étrangères et membre du comité D'initiative de la RTLM. Tous trois sont accusés D'avoir utilisé leurs médias respectifs afin D'inciter au génocide anti-tutsi et aux massacres D'opposants qui ont fait
un million de morts en 1994. Ils plaident non coupables.

Le témoin, surnommée RM114 pour protéger son identité, a relaté à la cour ce qu'elle a subi lors de son voyage de Kigali à Gisenyi. Elle a notamment révélé qu'elle avait été violée par plusieurs personnes à Gitarama après avoir vu ses deux frères tués à coups de machettes et jetés dans un puits.

RM 114 a déclaré avoir été sauvée par "un bon Samaritain" qui l'a emmenée, avec ses trois enfants, jusqu'à Gisenyi. Là, il les aurait mis sous la protection de Ngeze. Le témoin a poursuivi en disant que l'accusé s'était montré très gentil avec elle, l'avait nourrie ainsi que sa famille et lui avait prodiguée l'aide médicale nécessaire à la guérison des blessures occasionnées par le viol.

"Seul Dieu peut récompenser Ngeze pour sa gentillesse", a répondu le témoin à la question du procureur, qui lui demandait si elle n'était pas redevable à Ngeze D'avoir sauvé sa vie.

RM 114, le troisième témoin à décharge de la journée, a également indiqué que, à l'instigation de Ngeze, elle avait déménagé de maison en maison pour sa sécurité avant de franchir clandestinement la frontière avec l'ex-Zaïre, déguisée en musulmane.

La cour a également entendu la déposition de trois autres témoins protégés, RM112, RM113 et RM118. Tous trois ont déposé dans le même sens que de précédents témoins de la défense, indiquant que Ngeze avait été arêté à de nombreuses reprises pour avoir aidé des Tutsis à fuir et que, en conséquence, sa maison avait été attaquée et bombardée.

Ils ont eux aussi déclaré que Modeste Tabaro n'a pas été tué par Ngeze, contrairement à ce que le parquet allègue, mais par deux soldats nommées Régis et Jeff. RM 112, un ancien soldat rwandais, a ajouté qu'il avait personnellement aidé l'accusé à passer clandestinement des Tutsis de l'autre côté de la frontière, cachés dans des barils D'huile.

Le procès des médias se poursuivra exceptionnellement vendredi, samedi et dimanche. Pour la première fois depuis sa création, le Tribunal siègera donc le week-end.

Le Chambre Une n'a pas siégé pendant neuf jours en raison de l'absence du juge sri lankais Asoka de Zoysa Gunawardana. Il était souffrant et "se remet D'une intervention chirurgicale urgente", a annoncé la juge Pillay en début de session. Navanethem Pillay préside la chamber une, assistée du Norvégien
Erik Møse.

CE/KN/GF/FH(ME'1403A)