04.12.2002 - TPIR/KAJELIJELI - l'ACCUSE JOSEPH NZIRORERA TEMOIGNE EN FAVEUR DE l'EX-MAIRE KAJELIJELI

Arusha, le 4 décembre 2002 (FH) - Joseph Nzirorera, détenu par le Tribunal pénal international pour le Rwanda (TPIR), a témoigné mardi en faveur de l'ancien maire de Mukingo (province Ruhengeri, nord du Rwanda), Juvénal Kajelijeli, poursuivi pour génocide.

Joseph Nzirorera était secrétaire général de l'ex-parti présidentiel rwandais, le Mouvement républicain national pour la démocratie et le développement (MRND).

1 min 43Temps de lecture approximatif

En juin 1994, il avait été élu président de l'assemblée nationale intérimaire.

Originaire de la même commune que Kajelijeli, Joseph Nzirorera a déclaré le connaître depuis sa jeunesse. "Nous sommes de la même génération. Je suis peut-être D'une année son aîné. Nous avons fait l'école primaire ensemble", a-t-il déclaré.

Neuvième témoin de la défense, Joseph Nzirorera a affirmé que Juvénal Kajelijeli n'a jamais été membre du MRND, comme l'allègue le procureur.

l'aile jeunesse du MRND, les Interahamwe, est considérée par le parquet du TPIR comme le fer de lance du génocide anti-tutsi et des massacres D'opposants qui ont fait un million de morts entre avril et juin 1994.

l'avocat de Kajelijeli, l'Américain Lennox Hinds, a présenté aux juges les statuts du MRND, signés par ses membres à la création du parti en juillet 1991 et a plaidé que son client n'en était pas signataire. Joseph Nzirorera a confirmé cela, ajoutant que Kajelijeli n'avait joué aucun rôle au sein du MRND, y compris au niveau local.

Joseph Nzirorera a indiqué que Kajelijeli avait été démis de ses fonctions de maire sous la pression du Front Patriotique Rwandais (FPR), alors en négociations de paix avec le gouvernement. Kajelijeli est redevenu maire en juin 1994.

Lors du contre-interrogatoire, Joseph Nzirorera a réfuté la thèse avancée par le substitut australien du procureur, Kenneth Fleming, selon laquelle Kajelijeli avait été démis parce que le FPR l'accusait D'avoir ordonné des massacres de Tutsis dans sa commune en 1993. "Le FPR n'a pas donné de raisons, il a seulement formulé la demande", a déclaré Joseph Nzirorera.

Joseph Nzirorera a en outre nié avoir influencé la seconde nomination de Kajelijeli à la mairie de Mukingo. "Il a été nommé sur proposition du ministre de l'intérieur", a-t-il affirmé.

La déposition de Nzirorera a été suivie par celle D'un témoin protégé, dénommé "KAA".

Le procès Kajelijeli se déroule devant la deuxième chambre de première instance du TPIR présidée par le juge tanzanien William Hussein Sekule et composée en outre des juges malgache Arlette Ramarason et Winston Churchill Mantanzima Maqutu.

AT/PJ/CE/GF/FH(KJ-1203A)