17.10.2002 - TPIR/NIYITEGEKA - l'ANCIEN MINISTRE NIYITEGEKA EST INNOCENT , SELON LA DEFENSE

Arusha, le 17 octobre 2002 (FH) - La défense de l'ancien ministre de l'information sous le gouvernement intérimaire, Eliézer Niyiteka, a plaidé son innocence, lors sa déclaration liminaire, jeudi, devant le Tribunal pénal international pour le Rwanda (TPIR).

Le procureur a clôturé la présentation de ses moyens de preuve et il revient maintenant à l'accusé de faire comparaître ses témoins.

1 min 23Temps de lecture approximatif

l'avocate irlandaise D'Eliézer Niyitegeka, Me Sylvie Geraghty, a déclaré que son client était" un homme de paix. "

Le procureur allègue que l'accusé a participé au génocide anti-tutsi et aux massacres D'opposants en province de Kibuye (sud-ouest du Rwanda) en 1994.
Il a cité douze témoins dans ce procès ouvert le 17 juin 2002.

"Niyitegeka a sincèrement parlé de la paix pour tous les Rwandais et était en faveur des accords D'Arusha", a déclaré Me Geraghty. "Cette idéologie lui a coûté cher. Il a échappé à trois tentatives D'assassinat", a poursuivi l'avocate.

Selon Me Geraghty, Niyitegeka ne pouvait conspirer avec l'ex-parti présidentiel, le MRND, et son aile jeunesse, les Interahamwe, étant donné que leurs membres avaient tenté de l'assassiner. Me Geraghty a déclaré que l'accusé développera une défense D'alibi.

l'avocate a estimé qu'il était impossible que son client, un fusil à la main, participe aux attaques contre les Tutsis dans les collines de Bisesero en 1994 , étant donné sa condition physique à l'époque. Eliézer Niyitegeka était excessivement gros et ne pouvait courir à travers les collines de Bisesero, a plaidé en substance Me Gerarghty. Me Geraghty est assistée de Me Feargal Kavanag dans la défense D'Eliézer Niyitegeka.

Me Geraghty a soutenu que huit ans et demi après les faits, la mémoire des témoins peut être défaillante. "Une personne innocente, dans ces circonstances, peut en devenir victime", a-t-elle souligné.

Le procès Niyitegeka se déroule devant la première chambre de première instance du TPIR présidée par la juge sud-africaine Navanethem Pillay, assistée des juges, norvégien Erik Mose, et sénégalaise, Andrésie Vaz. Le premier témoin de la défense sera entendu lundi prochain.

AT/GF/FH (NI-1017A)