14.08.2002 - TPIR/KAMUHANDA - UNE STRATEGIE DE DEFENSE INEDITE POUR LE PROCES DE JEAN DE DIEU KAMUHA

Arusha, le 14 août 2002(FH) – l'ex-ministre de l'enseignement supérieur, de la recherche et de la culture sous le gouvernement intérimaire, Jean de Dieu Kamuhanda, sera le premier témoin de la défense lors de la reprise du procès lundi 19 août, devant le Tribunal pénal interntaional pour le Rwanda (TPIR).

C'est la première fois qu'un accusé témoigne en premier lors D'un procès au TPIR.

1 min 20Temps de lecture approximatif

Jusqu'alors, les accusés comparaissaient en dernier.

"Nous sommes prêts à présenter notre preuve, et nous commencerons par l'accusé lui-même", a confié à l'agence Hirondelle l'avocate principale de
l'ex-ministre, la guinéenne Me Aicha Condé .

Onze témoins à décharge sont déjà prêts à comparaître, a précisé Me Condé.

Jean de Dieu Kamuhanda répond de neuf chefs D'accusation de génocide et crimes contre l'humanité. Le parquet lui reproche notamment D'avoir dirigé
les massacres perpétrés dans sa commune natale de Gikomero (province de Kigali rural,centre-est du Rwanda). Il plaide non-coupable.

Alors que le procureur soutient que Kamuhanda a dirigé et pris part aux massacres perpetrés à Gikomero le 12 avril 1994, la partie adverse compte
présenter une défense D'alibi.

Nommé ministre le 25 mai 1995, Jean de Dieu Kamuhanda a été arrêté le 26 novembre 1999 et transféré à Arusha le 7 mars 2000.

Son procès a commencé sur le fond le 17 avril 2001, avant D'être annulé suite au décès du juge sénégalais Laity Kama qui présidait les débats. Il a
ensuite repris le 3 septembre 2001.

Le procès de Kamuhanda avait été ajourné le 14 mai dernier, le parquet ayant cloturé la présentation de ses moyens de preuve. Vingt-huit témoins à charge
s'étaient succédé à la barre. De son côté, la défense entend appeler trente témoins à décharge.

Jean de Dieu Kamuhanda est jugé par la deuxième chambre de première instance, présidée par le juge tanzanien William Hussein Sekulé, et composée
en outre de la juge malgache Arlette Ramaroson, et du juge Winston Churchill Matanzima Maqutu du Lesotho.
BN/DO/FH(KH-0814A)