13.02.2002 - TPIR/SEMANZA - LAURENT SEMANZA AFFIRME QU'IL VIVAIT EN BONS TERMES AVEC LES TUTSIS

Arusha 13 février 2002 (FH) - Laurent Semanza, ancien maire de Bicumbi accusé de génocide, a affirmé mercredi, lors de sa déposition devant le Tribunal pénal international pour le Rwanda (TPIR), qu'il vivait en bons termes avec les Tutsis.

Laurent Semanza, 58 ans, est le dernier témoin dans cette affaire.

1 min 36Temps de lecture approximatif

Il dépose pour sa propre cause. Poursuivi pour des massacres de Tutsis perpétrés à Bicumbi (province Kigali rurale, centre-est du Rwanda) et Gikoro en 1994, il plaide non coupable.

l'accusé a déclaré qu'il avait eu des amis tutsis dès son jeune âge, et que sa famille était fréquentée aussi bien par des Hutus que des Tutsis.

Laurent Semanza a été "centraliste téléphonique au bureau de la préfecture de Kigali" après sa première année à l'Ecole technique officielle (ETO) de Kicukiro, près de Kigali. Par la suite, il a été nommé comptable de la commune de Gahengeri, devenue plus tard Bicumbi. Enfin, il a été maire de Bicumbi pendant plus de vingt ans, jusqu'en 1993.

l'accusé a indiqué qu'il était resté en contact avec ses amis D'enfance, ajoutant : "quand je suis devenu bourgmestre [maire], ces amis venaient souvent me rendre visite, je n'ai jamais eu de problème avec eux".

Parlant de ses dix enfants, il a indiqué qu'ils avaient également des condisciples tutsis et qu'ils se rendaient mutuellement visite pendant les vacances scolaires. "Pendant les vacances, ma résidence ressemblait presque à une école", a-t-il dit. Laurent Semanza a déclaré qu'il était parrain de "plus de quinze enfants tutsis", et que beaucoup D'entre eux voulaient témoigner pour sa défense, mais qu'ils se sont finalement désistés "par peur".

Laurent Semanza est défendu par l'avocat américano-camerounais, Me Charles Taku, et un confrère béninois, Me Sadikou Alao. Le procès a été ouvert sur le fond en octobre 2000 devant la troisième chambre de première instance du TPIR présidée par le juge russe Yakov Ostrovsky et composée en outre des juges de Saint Kitts et Nevis, George Williams et de Slovénie, Pavel Dolenc.

Laurent Semanza a été arrêté au Cameroun le 27 mars 1996 et transféré à Arusha le 19 novembre 1997. La chambre D'appel a reconnu que ses droits avaient été violés pendant sa détention préventive. Les juges ont ordonné que s'il était déclaré coupable, sa peine serait réduite compte tenu de ces violations. S'il est en revanche acquitté, il aura droit à une compensation financière.

GA/AT/GF/FH (SE-0213A)