LES JURIDICTIONS GACACA DEVRAIENT DEMARRER AU SECOND SEMESTRE 2001

Arusha/Kigali, 29 novembre 2000 (FH) - Les juridictions traditionnelles "gacaca" devraient démarrer au second semestre 2001, a annoncé le ministre rwandais de la justice.

"Vous savez que la loi [portant création de ces juridictions] se trouve au niveau de la cour constitutionnelle.

1 min 25Temps de lecture approximatif

Nous pensons que si tout va bien, ce sera en juin ou juillet 2001" qu'elles vont commencer, a déclaré en début de semaine le ministre Jean de Dieu Mucyo.

L'officiel rwandais s'exprimait à l'ouverture d'un séminaire sur les techniques de communication en rapport avec les juridictions "participatives" gacaca organisé à Murambi (préfecture de Gitarama, centre du Rwanda).

La radio nationale rwandaise a rapporté que 150 personnes seront formées dans chacune des douze préfectures du Rwanda dans le cadre de la sensibilisation de la population aux juridictions gacaca.

La coordinatrice nationale des gacaca, Aloysie Cyanzayire, a indiqué qu'un grand travail de sensibilisation, de formation et de préparation matérielle sera nécessaire avant le début effectif des procès.

Aloysie Cyanzayire a également souligné qu'il faudra sélectionner les juges qui devront siéger dans ces juridictions. Recrutés parmi les membres de la population, ceux-ci devront être des "Inyangamugayo" (personnes intègres), de bonne conduite, soucieux de la vérité et opposés au sectarisme et à la discrimination, selon les autorités. Les élus seront initiés aux techniques de base du droit.

La loi portant création des gacaca a été voté par le parlement rwandais le 12 octobre dernier. Ces juridictions devraient permettre d'accélérer les procès des quelques 125.000 personnes détenues dans les prisons rwandaises pour génocide et crimes contre l'humanité, espère-t-on au ministère rwandais de la justice.

Les juridictions gacaca sont également conçues dans le cadre de la lutte contre l'impunité au Rwanda et la promotion de la réconciliation nationale. Les gacacas instruiront à charge et à décharge.

Une enquête réalisée par une organisation rwandaise de défense des droits humains, la LIPRODHOR, a révélé que trois Rwandais sur quatre sont favorables aux juridictions gacaca.

L'enquête a été menée dans tout le pays auprès d'un échantillon de 943 personnes représentant toutes les catégories sociales de la population.

AT/PHD/FH (RW%1129A)