LA RENCONTRE TPIR-RWANDA PREVUE A ARUSHA N'A PAS EU LIEU

Arusha, le 10 décembre 2002 (FH) - La rencontre entre les autorités judiciaires rwandaises et celles du Tribunal pénal international pour le Rwanda (TPIR) qui devait se tenir initialement du 8 au 10 décembre à Arusha, n'a pas eu lieu, la délégation de Kigali n’ayant finalement pas fait le déplacement, a-t-on appris mardi de source officielle.

Les autorités rwandaises qui étaient attendues, sur invitation du président du TPIR, la juge sud africaine Navanethem Pillay, sont le ministre de la justice Jean de Dieu Mucyo, ainsi que le procureur général Gerald Gahima.

2 min 38Temps de lecture approximatif

Ils devaient rencontrer, outre la juge Pillay, le procureur en chef du TPIR, la Suissesse Carla del Ponte et le greffier Adama Dieng, en vue de tenter
d'aplanir les différends qui opposent depuis le début de l’année Kigali et la juridiction internationale.

L'ambassadeur américain pour les crimes de guerre, Pierre Richard Prosper, devait également assister à cette rencontre.

Dans une déclaration rendue public mardi, la juge Pillay a exprimé son regret face à "l'annulation" de cette visite. "Cette visite aurait été une occasion pour la délégation (rwandaise) de se rendre compte du l'organisation et du fonctionnement du tribunal, ainsi qu'une opportunité d'échanger sur des questions d'intérêt mutuel ", a souligné la présidente du TPIR.

"Comme les autres Etats membres des Nations Unies, le Rwanda doit reconnaître l'indépendance de ce tribunal. Pourtant, c'est le pays qui nous préoccupe le plus et il est malheureux de constater que depuis la mise sur pied du TPIR (en 1994), aucun membre du gouvernement rwandais n'a effectué une visite officielle auprès de cette institution", a encore regretté la juge sud-africaine, rappelant au passage la visite effectuée au Rwanda en juin 2001 par les autorités du tribunal "en vue de comprendre les préoccupations du gouvernement et du peuple rwandais".

Parmi les sujets à l'ordre du jour de cette visite figuraient notamment la problématique des témoins en provenance du Rwanda et le recrutement du personnel au sein du TPIR où deux postes clés (celui de procureur adjoint et de chef des poursuites) sont vacants depuis plus d'une année. Devaient également être abordées les questions en rapport avec certains individus employés par le TPIR dont le Rwanda accuse d'avoir trempé dans le génocide de 1994, ainsi que les crimes de guerre attribués au TPIR.

"Un incident technique".
En réaction à la déclaration de la Juge Pillay, le représentant du Rwanda auprès du TPIR, Martin Ngoga, indiqué à l'agence Hirondelle que les
autorités rwandaises ont choisi de ne pas se rendre à Arusha dès qu'elles ont appris que l'Ambassadeur Pierre Richard Prosper ne serait pas présent.

"Sa présence est très importante pour nous en tant que tierce personne qui suit de près les affaires de ce tribunal", a souligné Ngoga, qualifiant l'absence des autorités de Kigali d'"incident technique".

Le diplomate rwandais s'est étonné que la présidente du TPIR parle d'annulation de la visite, "alors que nous étions convenus que la présence des autorités rwandaises était conditionnée par celle de l'Ambassadeur Prosper", a-t-il dit, exhibant, à l'appui de sa déclaration, les correspondances échangées entre Mucyo et Pillay, respectivement le 7 et le 9 décembre. Pour Ngoga, la visite est simplement « reportée ».

Alors que la juge Pillay estime que l'absence de l'Ambassadeur américain "ne change en rien l'importance d'un dialogue direct initialement prévu entre les autorités rwandaises et le tribunal", le Rwanda est quant à lui d'avis que non seulement sa présence est importante, mais aussi qu'il devrait présider ladite rencontre.

"Les rencontres que nous avons eues dans le passé n'ont pas été aussi fructueuses qu'on l'aurait souhaité", a rappelé Ngoga, estimant que la présence du diplomate américain pourrait enfin aider à décrisper les relations entre Kigali et le TPIR.

Pour conclure, Ngoga a indiqué à Hirondelle que le principe de la rencontre n’était nullement remis en cause. « Dès que l’Ambassadeur Prosper sera présent, nous le serons aussi. Dès demain, s’il le faut".

GA/CE/GF/FH (RW-1210A)